Ressources et médias

Rester informé


300 militants du mouvement pour le climat perturbent le Sommet International du Pétrole à Paris

Paris, le 21 avril - A la veille de la cérémonie officielle de signature de l’Accord de Paris organisée le 22 avril à New York, plus de 300 militants climat ont perturbé le Sommet International du Pétrole et rappelé les lignes rouges d’un futur juste et durable, à nouveau franchies par l’industrie fossile.

A la veille de la cérémonie officielle de signature de l’Accord de Paris, organisée le 22 avril à New-York, l’industrie fossile et la diplomatie internationale avaient eux rendez-vous comme chaque année dans le cadre de l’Oil International Summit à l’hôtel Le Méridien Etoile à Paris.

A partir de 8h30, 300 militants pour la justice climatique ont réalisé un "die-in" géant devant l’hôtel pour représenter symboliquement les victimes passées et futures du dérèglement climatique. Certains participants au sommet ont été contraints de les enjamber puis de franchir la ligne rouge tendue devant les portes. En parallèle, 30 activistes sont parvenus à s’introduire dans l’hôtel pour perturber les accès aux salles de conférence et symboliser la ligne rouge pour un futur juste et durable à nouveau franchie par l’industrie fossile.

Pour 350.org, Action non-violente COP21, Alternatiba, Les Amis de la Terre France, Attac France, Bizi !, la Confédération Paysanne, les JEDI for Climate, Nation Océan, l’Union syndicale Solidaires, qui avaient appelé à cette action non-violente de désobéissance civile, l’agenda officiel de ce Sommet International du Pétrole prouve que la cérémonie de signature de l’Accord de Paris qui a lieu demain aux Nations-Unies à New-York est purement symbolique : le fossé reste énorme entre les engagements pris par les Etats et l’impunité intacte de l’industrie fossile. Les préoccupations affichées pour ce Sommet sont ainsi de poursuivre l’exploitation des hydrocarbures et d’assurer la rentabilité du secteur (1). Pourtant, pour contenir l’élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C, et idéalement en deçà de 1,5°C, comme le prévoit l’article 2 de l’accord de Paris, une majorité des réserves prouvées de charbon, de pétrole et de gaz dans le sol doit être gelée, ce qui appelle de fait à la reconversion totale de cette industrie.

Face à l’urgence climatique, le mouvement grandissant pour la justice climatique s’est engagé à ce que les lignes rouges d’un futur juste et durable ne soient jamais franchies. Ici devant le Sommet International du Pétrole, et partout où les plans climaticides s’élaborent, nous honorerons nos promesses pour faire respecter les principes de l’Accord de Paris.

Après la mobilisation de Pau contre le Sommet du pétrole offshore MCEDD, qui avait réuni plus de 700 activistes, c’est en mai, partout dans le monde, que des dizaines de milliers de militantes et de militants du mouvement pour le climat prendront part à une vague d’actions de masse sans précédent, pour bloquer les infrastructures fossiles les plus néfastes (2). Ce recours à la désobéissance civile est indispensable, si nous voulons parvenir à tourner la page des combustibles fossiles, pour accélérer la transition vers un futur basé sur la sobriété et l’efficacité énergétique, et 100 % d’énergies renouvelables.

Contacts presse :

Nicolas Haeringer, 350.org, nicolas@350.org, 0650861259
Sylvine Bouffaron, Action Non-Violente COP21, sylvinebouffaron@orange.fr, 06.87.50.65.35
Malika Peyraut, Amis de la Terre, malika.peyraut@amisdelaterre.org , 06 88 48 93 68
Maxime Combes, Attac France, maxime.combes@gmail.com, 06 24 51 29 44

#AccordDeParis #KeepItInTheGround

(1) http://www.oil-gas-energy-conferences.com/petrole/html/accueil.php (2) https://fr.breakfree2016.org/ (des bus sont organisés depuis la France)

Rédigé le