Ressources et médias

Rester informé


40 militant-e-s pour la justice climatique occupent le Centre d’Affaires de BNP Paribas

Paris, le 3 juin 2016 - Très tôt ce matin, 40 militant-e-s pour la justice climatique ont fait irruption au Centre d’Affaires de BNP Paribas qu’ils occupent désormais boulevard des Italiens à Paris. Ils répondaient à l’appel lancé par les Amis de la Terre France, soutenu par ANV-COP21. Les deux organisations demandent à BNP Paribas de ne plus financer le développement du secteur du charbon et de s’engager à mettre un terme rapide à tous ses soutiens climaticides. Déterminé-e-s, les militant-e-s attendent des réponses claires de la part de la banque.

A 7 heures trente, 40 militant-e-s des Amis de la Terre France, d’ANV-COP21 et de Nuit Debout ont pénétré au Centre des Affaires de BNP Paribas, boulevard des Italiens à Paris. La première équipe s’est assurée le contrôle de l’entrée principale du bâtiment tandis que la deuxième équipe a pris possession du troisième étage pour compromettre les activités de marché liées au charbon. Les militant-e-s se sont approprié-e-s l’espace pour le mettre au service de la transition énergétique. Une éolienne a été construite à l’endroit même où BNP Paribas parie sur le climat. Partout pouvaient se lire les messages “BNP Paribas, la banque qui change le climat”.

« 6 mois après la COP21, le profit prévaut toujours sur le climat à la BNP Paribas qui finance et mise toujours sur le charbon. Nous n’accepterons pas que BNP Paribas continue son « business as usual » comme si l’Accord de Paris n’avait pas été adopté et qu’elle ne s’était pas elle-même engagée à le mettre en œuvre. Des milliards manquent à la transition énergétique et BNP Paribas doit cesser toute activité qui fait obstacle à une sortie rapide des énergies fossiles » déclare Lucie Pinson, chargée de campagne Finance privée / Coface aux Amis de la Terre France.

Dans une note publiée la semaine dernière, les Amis de la Terre France démontraient combien les mesures adoptées par la banque en 2015 pour réduire ses soutiens au charbon sont cosmétiques face aux besoins. Après la COP21 l’heure doit être à l’arrêt des financements aux énergies fossiles et la sortie du charbon n’est que le premier échelon d’une reconversion totale vers les énergies renouvelables.

« Si BNP Paribas pense pouvoir s’engager pour le climat à la COP21 puis continuer de financer les plus grosses entreprises charbonnières et soutenir la revente de centrales par Engie, elle se trompe . Nous, nous tiendrons l’engagement que nous avons pris le 12 décembre, à l’issue de la COP21, de faire obstruction aux détracteurs du climat afin de ne pas dépasser un réchauffement de la planète de 1,5°C et de veiller à ce que les lignes rouges d’un futur juste et durable ne soient jamais franchies » ajoute Florent Compain, des Amis de la Terre France.

L’action d’aujourd’hui s’inscrit dans la lignée du blocage du Sommet du pétrole offshore MCEDD à Pau qui avait réuni plus d’un millier de personnes, de la mobilisation à Paris contre le Sommet International du Pétrole, et de la vague d’actions de masse qui se sont déroulées partout dans le monde en mai suite à l’appel “Breakfree”, et auxquelles ont pris part des milliers de personnes afin de bloquer les infrastructures fossiles les plus néfastes.

Cette action marque le début d’une nouvelle séquence de mobilisation qui se maintiendra tant que BNP Paribas n’aura pas mis fin à ces financements au développement du charbon et ne se sera pas engagée à mettre un terme rapide à tous ses soutiens à cette industrie. Samedi, à l’occasion de Roland Garros, sponsorisé par BNP Paribas, de nombreux militants venus de toute la France mèneront le match « Climat versus profits » qui opposera les pollueurs du climat à la société civile et clôturera le premier chapitre de cette séquence.

Contact presse : Lucie Pinson, chargée de campagne Finance privée / Coface, les Amis de la Terre France, lucie.pinson@amisdelaterre.org, 06 79 54 37 15

Rédigé le