Ressources et médias

Rester informé


53 organisations demandent à BNP Paribas d’arrêter de financer le charbon

Après le Crédit Agricole, Natixis a pris hier une position de leader parmi les grandes banques sur la question du climat en annonçant des mesures de réduction de ses soutiens au secteur du charbon (1). A près d’un mois de la COP21, le silence de BNP Paribas, sponsor officiel de la conférence climat mais première banque française en termes de financement au charbon, est assourdissant. Dans une lettre ouverte à la banque, 53 organisations demandent à BNP Paribas d’annoncer avant le 2 novembre l’arrêt de ses financements au charbon.

Monsieur Bonnafé,

Nous sommes alarmés par l’absence d’engagement de la part de BNP Paribas concernant son soutien de longue date aux énergies fossiles, en particulier au charbon, à près d’un mois du début de la Conférence de l’ONU sur le climat.

Le 20 mars 2015, BNP Paribas a confirmé son intention de « ne pas être impliquée dans le financement des projets de mines de charbon du Bassin de Galilée en Australie ni dans celui des projets d’infrastructures associés. » Ce premier pas conséquent vers la fin des soutiens de la banque au charbon a été salué par nos nombreuses organisations de la société civile, le Bassin de Galilée abritant le plus grand gisement de charbon non exploité au monde.

Cependant, BNP Paribas n’en reste pas moins la neuvième banque au niveau international en termes de financement au secteur du charbon, et ces financements ont contribué pendant des décennies à aggraver la crise climatique. BNP Paribas a ainsi financé l’industrie du charbon à hauteur d’au moins 15,6 milliards d’euros entre 2005 et avril 2014 . Plus étonnant encore, la tendance de ces financements sur les dix dernières années est à la hausse, en dépit d’un engagement de plus en plus fort de la banque à lutter contre le changement climatique.

À près d’un mois de la COP21, BNP Paribas ne peut plus fuir ses responsabilités. Il est désormais temps que votre banque prenne des engagements forts sur ses soutiens au charbon et passe ainsi d’un rôle de catalyseur du changement climatique à celui de moteur de la transition énergétique.

L’utilisation toujours croissante du charbon et des autres énergies fossiles étant incompatible avec l’objectif mondial de maintenir le réchauffement de la planète sous la limite des 2 °C , continuer à soutenir financièrement l’industrie du charbon n’est plus acceptable. L’immense majorité des réserves d’énergies fossiles, et notamment la quasi-totalité des réserves de charbon, doit rester inexploitée si nous voulons atteindre l’objectif visé par la communauté internationale en matière de réchauffement de la planète. Un récent rapport de l’OCDE établit par ailleurs que même les centrales à charbon les plus modernes (et les plus coûteuses) ne sont pas compatibles avec cet objectif des 2 °C, à moins que le CO2 qu’elles produisent soit réellement capturer et stocker .

Si d’autres banques telles que le Crédit Agricole , Bank of America , Citigroup et Natixis ont déjà annoncé une réduction de leur soutien au charbon, BNP Paribas a pour le moment échoué à s’inscrire dans cette dynamique. BNP Paribas peut évidemment choisir de poursuivre son soutien au charbon et aux autres sources d’énergies destructrices et dangereuses pour le climat. Cependant, en tant que grand sponsor de la COP21, cette décision serait en totale contradiction avec ses engagements environnementaux et climatiques, et avec ses responsabilités.

Nous demandons à BNP Paribas de signer immédiatement l’Appel de Paris et de s’engager ainsi à mettre fin à tous ses soutiens au charbon d’ici 2020, réorientant dans le même temps ses financements énergétiques des énergies fossiles à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables.

Nous souhaitons également rappeler la détermination qui anime et continuera d’animer, y compris pendant et au-delà de COP21, les signataires et les organisations partenaires mobilisés contre les soutiens financiers à l’industrie du charbon.

Nous aimerions recevoir une réponse à notre demande avant le 2 novembre 2015. Passé cette date, nous envisagerons d’intensifier la mobilisation en direction de BNP Paribas.

Veuillez accepter nos salutations distinguées,

BankTrack ; Les Amis de la Terre - France ; Oxfam - France ; Above Ground - Canada ; ACV - Belgique ; Aitec - France ; Amigos de la Tierra - Espagne ; Attac - France ; Bankwatch ; Bharat Jan Vigyan Jatha - Inde ; Bizi ! - France ; Both Ends – Pays-Bas ; Brazilian Fair Finance Guide Coalition - Brésil ; Creed - citizens’ alliance for equitable and efficient reforms - Pakistan ; Change - Vietnam ; Climate express - Belgique ; CounterCurrent – Allemagne ; CNCD-11.11.11. – Belgique ; Dutch Fair Bank Guide – Pays-Bas ; ECA Watch Network ; 11.11.11 – Belgique ; Euronatura – Portugal ; Facing Finance – Allemagne ; FairFin - Belgique ; Fair Finance Guide - Belgique ; Fair Finance - France ;Fair Finance Guide - Suède ; Finance & Trade Watch - Autriche ; Financité - Belgique ; France Libertés – Fondation Danielle Mitterrand - France ; Friends of the Earth - Les Amis de la Terre - Japon ; Friends of the Earth - Les Amis de la Terre - Etats-Unis ; Greenpeace ; Groundwork – Les Amis de la Terre Afrique du Sud ; IEW - Belgique ; Indonésien Corruption Watch - Indonésie ; INFID - International NGO Forum for Indonesian Development - Indonésie ; Japan Center for a Sustainable Environment and Society (JACSES) – Japon ; Jubilee - Australie ; Market Forces - Australie ; ODG - Observatori del Deute en la Globalització - Espagne ; Perkumpulan prakarsa - Indonésie ; Rainforest Action Network - Etats-Unis ; Réseau Action Climat - France ; Responsibank – Fair Finance Guide - Indonésie ; SEE Change Net Principal- Bosnie-Herzégovine ; Sierra Club - Etats-Unis ; SOS Faim - Belgique ; 350 ; Tim Kerja Perempuan dan Tambang - Indonésie ; Transformasi untuk Keadilan - Indonésie ; urgewald - Allemagne ; Zelena akcija - Les Amis de la Terre - Croatie

Rédigé le