Accréditation de BNP Paribas au Fonds Vert : quand le pyromane fait mine d’éteindre l’incendie

À Montreuil, le lundi 22 octobre 2018 — Après Deutsche Bank en 2015, Crédit Agricole et HSBC en 2016, le Fonds Vert pour le Climat a acté vendredi dernier l’accréditation de BNP Paribas, qui pourra désormais gérer une partie des fonds collectés pour le financement de l’atténuation et de l’adaptation aux changements climatiques. Cette décision est critiquée par les ONG, qui appellent en conséquence la banque à immédiatement revoir ses propres engagements climat pour un alignement de ses activités avec l’objectif de l’Accord de Paris.

Le Conseil d’administration du Fonds Vert pour le Climat, réuni à Bahreïn le vendredi 19 octobre, a répondu favorablement à la demande d’accréditation de BNP Paribas. Cette décision, prise contre l’avis des ONG présentes, est sans surprise. Car BNP Paribas vient grossir le rang des grandes banques commerciales accréditées par le Fonds Vert, où l’on retrouve déjà Deutsche Bank, Crédit Agricole et HSBC [1].

« On apprenait jeudi dernier que BNP Paribas avait contribué à une fraude fiscale massive ayant privé les Etats européens de 55 milliards d’euros au cours des 15 dernières années [2]. Et on nous dit le lendemain qu’on va lui confier de l’argent public pour mettre en oeuvre des projets d’intérêt commun. Cela ne convainc personne. Si on ne le savait pas déjà, le scandale financier des CumEx Files a su nous rappeler que la seule chose qui guide les banques privées les plus puissantes au monde, c’est bien la maximisation de leur profit. Et comble de la schizophrénie, c’est à une banque qui continue d’abreuver l’industrie fossile à coup de milliards de dollars qu’est confiée la lutte contre les changements climatiques », s’indigne Lorette Philippot des Amis de la Terre France.

Bien que BNP Paribas ait depuis 2015 adopté plusieurs politiques encadrant ses soutiens à certains secteurs des énergies fossiles, celles-ci sont loin d’être suffisantes. L’évaluation qui a été faite par le Fonds Vert pour le Climat de la candidature de BNP Paribas stipule que ses « politiques sectorielles [...] sont conçues pour éviter que la banque ne fasse affaire avec des entreprises dont les pratiques sont inacceptables, et pour promouvoir les bonnes pratiques de l’industrie » [3].

Pourtant, BNP Paribas n’est pas dotée d’une politique excluant automatiquement les entreprises très actives dans le secteur du charbon ni celles avec une stratégie d’expansion. BNP Paribas a ainsi financé les 120 entreprises les plus agressives dans le développement de nouvelles centrales au charbon pour plus de 4 milliards de dollars entre 2014 et 2017. Et ces financements ont augmenté de 200% au cours de l’année qui a suivi l’adoption de l’Accord de Paris [4]. BNP Paribas est en outre le 7ème investisseur de RWE, plus gros pollueur de l’Union européenne dont les agissements dans la forêt de Hambach en Allemagne ont récemment tant fait parler.

« Il est inscrit dans l’évaluation de l’accréditation de BNP Paribas, qu’afin de promouvoir les objectifs du Fonds Vert, la banque a l’intention de commencer par aligner sa politique de prêt à l’atteinte de l’objectif climatique fixé par l’Accord de Paris [5]. Ces objectifs ne seront pas atteints sans une sortie rapide du charbon et donc un arrêt dans la construction de nouvelles centrales à charbon. Prendre en compte ces impératifs au niveau des prêts ne suffira pas car la moitié des soutiens des banques au charbon proviennent des émissions d’actions et d’obligations. Pour honorer sa place au Fonds vert, BNP Paribas doit immédiatement exclure de tous ses soutiens les entreprises qui augmentent leurs capacités charbon ainsi que celles qui ne se mettent pas en ordre de marche pour sortir complètement du charbon d’ici 2030 dans les pays européens et de l’OCDE, et d’ici 2040 ailleurs [6]. A moins de revoir sa politique charbon dans ce sens, BNP Paribas ne manquera pas d’être ciblée au même titre que les autres banques pro-fossiles. Les milliers d’activistes attendus pour une action de masse à Hambach en Allemagne en fin de semaine sauront la rappeler à ses obligations climatiques », conclut Lucie Pinson des Amis de la Terre.

En savoir +

[1] www.amisdelaterre.org/art1926.html

[2] www.lemonde.fr/cumex-files/article/2018/10/18/cumex-files-les-banques-francaises-empetrees-dans-le-scandale-des-dividendes_5371021_5369767.html

[3] www.greenclimate.fund/documents/20182/1270184/GCF_B.21_17_-_Consideration_of_accreditation_proposals.pdf/a3ec2acd-01c2-0fb4-ce78-25ff8cf871d0, p. 217, paragraphe 43 (c).

[4] www.amisdelaterre.org/Noir-Dessein-les-banques-francaises-financent-toujours-plus-de-charbon.html

[5] www.greenclimate.fund/documents/20182/1270184/GCF_B.21_17_-_Consideration_of_accreditation_proposals.pdf/a3ec2acd-01c2-0fb4-ce78-25ff8cf871d0, p. 211, paragraphe 7.

[6] D’après le dernier rapport du GIEC, l’objectif de 1,5°C ne pourra pas être atteint sans un démantèlement de 59 à 78% de la capacité de production d’électricité à partir du charbon d’ici 2030, et du reste d’ici 2050. Ces recommandations rejoignent ceux du scénario Beyond 2°C de l’AIE d’après lequel la sortie effective du charbon doit se faire d’ici 2030 dans les pays européens et de l’OCDE, et d’ici 2040 ailleurs.

Crédit photo : Loïc Venance / AFP

Rédigé le