Ressources et médias

Rester informé


Agir pour le climat en compostant ses biodéchets !

La maire de Paris, Anne Hidalgo a annoncé le lancement d’une étude de faisabilité pour la mise en place de la collecte séparée des biodéchets. Attendue pour janvier 2016, cette étude portera sur les 2e et 12e arrondissements, qui seront les premiers à expérimenter une collecte en porte-à-porte des déchets verts et déchets de cuisine.

Les Amis de la Terre se réjouissent de voir le compostage urbain à l’ordre du jour du livre blanc de l’économie circulaire du Grand Paris adopté lors des États généraux de l’économie circulaire des 14, 15 et 16 septembre 2015.

A Paris, sur 47 000 copropriétés, seules 300 sont aujourd’hui engagées dans une action de compostage de proximité. C’est encore trop peu, alors même que le compostage permettrait de diminuer significativement les déchets organiques générés par les ménages. En effet, selon l’Ademe, nos poubelles contiennent en moyenne 32% de déchets biodégradables.

Les biodéchets, responsables d’émissions de gaz à effets de serre ?

C’est d’autant plus un enjeu que les traitements par enfouissement et incinération ont un triple impact environnemental : gaspillage énergétique, pollution (de l’air, des sols) et émissions de gaz à effet de serre. Les biodéchets contenus dans les poubelles d’ordures ménagères résiduelles sont composés d’environ 60 à 90 % d’eau. Les incinérer revient à donc brûler de l’eau et à gâcher de l’énergie nécessaire au maintien d’une combustion à chaleur constante. Les biodéchets destinés à l’enfouissement produisent quant à eux un jus, le lixiviat, peut être responsable de contamination des sols, notamment lorsqu’il se mélange avec des métaux lourds ou des produits chimiques également présents dans nos déchets ménagers. Enfin, le tassement des déchets provoquant la fermentation des biodéchets dans un milieu sans oxygène, engendre des émissions de méthane dans l’atmosphère. Ce gaz a un pouvoir de réchauffement global 25 fois supérieur à celui du CO2. Sans compter les émissions de gaz à effet de serre émis par les camions chargés de collecter ces biodéchets.

Il était donc temps que l’agglomération parisienne se saisisse du dossier à l’instar de la ville de Milan où la collecte séparée des biodéchets concerne plus de 1,4 millions de personnes et a évité la construction d’un deuxième incinérateur .

Les Amis de la Terre animent depuis plusieurs années des ateliers de compost collectif afin de sensibiliser les Parisiens au compostage urbain et d’apprendre à construire un lombricomposteur à partir de matériaux de récupération (ex : bacs de frigolite servant à transporter le poisson)comme celui proposé par le groupe local parisien en partenariat avec la Débrouille Compagnie lors du grand weekend de mobilisation d’Alternatiba Paris des 26 et 27 septembre 2015. Le stand des Amis de la Terre a reçu près de 400 visiteurs venant s’informer sur les méthodes de compostage.

Les infos pratiques pour se lancer dans le compostage et le lombricomostage :

Rédigé le