Ressources et médias

Rester informé


5/6 octobre, Alternatiba Bayonne : plus de 50 conférences pour découvrir les changements possibles

Le programme détaillé des conférences et tables rondes d’Alternatiba est enfin dévoilé : plus de 50 conférences, tables rondes, ateliers présenteront les alternatives possibles à la crise sociale et écologique, aux causes du changement climatique, dans tous les domaines de la société et de la vie quotidienne, du global au local, de l’individuel au collectif.

Plus de 100 intervenant-e-s et conférencier-e-s parmi lesquels : Christophe Aguiton, Geneviève Azam, Martine Bisauta, Eva Joly, Patrick et Brigitte Baronnet, Michel Berhocoïrigoin, José Bové, Annick Coupé, Peio Etcheverry-Aintchart, Natalie Francq, Jean-Marie Harribey, Peggy Kançal, Hervé Kempf, Claude Labat, Pierre Larrouturou, Florent Marcellesi, Corinne Morel Darleux, Paul Nicholson de la Via Campesina, Thierry Salomon, Françoise Verchère… Expositions, stands, projections, démonstrations pratiques dans toutes les rues et places du Petit Bayonne et des Halles de Bayonne.

Rejoignez-nous les 5 et 6 octobre prochains !


Pour sauver le climat, « il est minuit moins cinq » affirmait récemment le Président du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Plus personne, hélas, ne peut douter de la gravité du dérèglement en cours : « cyclones, tornades, inondations, tempêtes et sécheresses… Entre 1980 et 2011, les catastrophes climatiques ont coûté la vie à quelque 30.000 personnes et occasionné plus de mille milliards de dollars de dégâts sur le continent nord-américain, indiquait une étude du réassureur allemand Munich Re publiée en octobre 2012. En trente ans, le nombre de catastrophes climatiques a presque quintuplé en Amérique du Nord alors qu’il a été multiplié par 4 en Asie, par 2,5 en Afrique et qu’il a doublé en Europe ».

Rien n’a changé depuis le célèbre constat “Notre maison brûle et nous regardons ailleurs”. Pire, depuis l’échec du Sommet de Copenhague en 2009 et l’éclatement de la crise financière, l’urgence climatique semble avoir disparu de l’agenda des décideurs.

Le projet Alternatiba

Le projet Alternatiba est né dans ce contexte. Il veut contribuer à relancer une mobilisation citoyenne, au niveau européen, dans la perspective d’un sommet décisif pour les négociations internationales sur le climat qui se tiendra fin 2015 à Paris. Le dimanche 6 octobre, à Bayonne, nous serons des milliers à nous retrouver pour débattre des questions climatiques.

L’objectif d’Alternatiba est de montrer toutes les solutions possibles pour s’attaquer aux causes du changement climatique, au niveau local comme au niveau global.

Prendre l’angle des alternatives concrètes permet de rompre avec le sentiment d’impuissance face à ce défi sans précédent pour l’humanité. Il s’agit également d’expliquer que la lutte contre le changement climatique concerne la plupart des aspects de notre vie et de notre société : politiques énergétiques bien sûr, mais également aménagement du territoire, modèle d’agriculture, partage du travail et des richesses, modes de consommation ou de transports etc. Lutter contre le dérèglement climatique n’est pas forcément une contrainte mais plutôt un élan formidable sur lequel l’avenir peut se construire.

Cette approche a également l’avantage de montrer que les solutions ne viendront pas seulement “d’en haut” mais qu’elles peuvent aussi être mises en œuvre au quotidien, à un niveau local ou régional, individuel et collectif.

Avec Alternatiba, il s’agit de marquer les esprits par une journée dont l’écho portera loin, par le biais des médias, des réseaux associatifs et des grandes organisations environnementales ou sociales. Cet événement fondateur (qui sera précédé le samedi 5 octobre par un Forum sur le changement climatique) n’est pas une fin en soi mais un commencement : une rampe de lancement pour une dynamique de mobilisations et de pression populaires qui vont s’amplifier jusqu’au sommet de Paris fin 2015.

Si nous ne voulons pas revivre un sommet pour rien comme à Copenhague en 2009, il faut que l’Europe prouve d’ici 2 ans qu’il est possible d’agir efficacement pour réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre avec des solutions justes, démocratiques et solidaires.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de Bizi et sur la page dédiée au projet Alternatiba

À télécharger...

Rédigé le