Ressources et médias

Rester informé


Alternatives aux pesticides, la Loi existe ! Je signe pour qu’elle soit appliquée.

En France, le purin d’ortie est devenu l’emblème des Préparations Naturelles Peu Préoccupantes (PNPP) du domaine public. Celles-ci peuvent également être à base de plantes, sous forme d’extrait fermenté, décoction, infusion …mais aussi d’argile, vinaigre blanc, petit lait… Une réalité bien ancrée dans les pays voisins comme l’Allemagne, mais en France, les PNPP se heurtent à des blocages très bénéfiques pour les firmes phytopharmaceutiques. Tous à vos pulvérisateurs !

Alors que l’utilisation des pesticides ne cesse d’augmenter (+9.4 % en 2014) malgré les plans de réduction Ecophyto...

Alors que les scandales sanitaires liés aux pesticides sont constamment dénoncés : maladies professionnelles des utilisateurs, intoxication des enfants dans les écoles, exposition du voisinage, contamination de l’alimentation…

Alors que la loi d’Avenir Agricole du 13 octobre 2014 reconnaît comme biostimulants les PNPP du domaine public, ouvrant une possibilité légale à leur utilisation selon une procédure fixée par décret...

Le décret d’application indispensable, pourtant rédigé, n’est toujours pas publié. Cela fait 10 ans qu’administration et gouvernement bloquent l’utilisation des PNPP, alternative que de nombreux agriculteurs, jardiniers et collectivités locales sont disposés à utiliser.

On peut donc boire une tisane, mais la pulvériser sur ses cultures est passible de poursuites. Une telle utilisation est en effet très risquée... pour le chiffre d’affaires de l’in­dustrie des pesticides et du médicament.

Pour que ce scandale cesse :

En signant la pétition, je demande à Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, et à Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie d’y mettre immédiatement un terme en publiant ce décret pour permettre aux producteurs, aux jardiniers et aux collectivités locales d’utiliser ces alternatives en toute légalité.

Rédigé le