On aime !

Rester informé


Aluminium : de plus en plus consommé, trop polluant, pas assez recyclé

Paris, le 11 mars, 2013 – Les Amis de la Terre publient aujourd’hui une étude sur la collecte et le recyclage de l’aluminium en Europe [1], et appellent à une meilleure gestion des déchets pour réduire le prélèvement de ressources et ses impacts environnementaux et sociaux. En France, seul 57 % de l’aluminium d’emballage (canette) est recyclé alors qu’il est intégralement recyclable. Ce gisement qui échappe au dispositif de collecte représente une menace potentielle pour l’environnement et la santé.

L’étude Aluminium : augmenter le recyclage pour réduire les importations se penche sur les impacts environnementaux et sociaux de l’extraction, l’utilisation et l’élimination d’un des matériaux de plus en plus utilisé en Europe : l’aluminium. L’aluminium est un produit que l’on voit partout (transport, bâtiments), que l’on utilise souvent (canettes, opercule de yaourts) mais dont les impacts environnementaux sont passés sous silence.

La fabrication d’aluminium demande de nombreuses étapes allant de l’extraction de la bauxite, le minerai à l’origine de l’aluminium, à sa transformation en alumine puis en aluminium. Ces différentes étapes sont extrêmement polluantes et consommatrices d’énergie et s’accompagnent d’autres dommages environnementaux.

La dimension individuelle de la canette n’est tout d’abord pas la caractéristique d’un produit « écologique », elle encourage des modes de consommation qui faute de dispositif de collecte performant, sont consommateurs de ressources et générateurs de déchets. En effet, alors que le recyclage des ménages est principalement réalisé en France dans l’habitation, les cannettes de boisson sont davantage consommées hors du domicile. 43 % des canettes sont donc jetées avec les autres déchets ménagers et ne sont pas recyclées.

Des solutions existent pour limiter les impacts de nos consommations : en Allemagne où une « consigne recyclage » est en place, le taux de recyclage atteint 96 %. Les Amis de la Terre demandent la mise en place d’une « consigne recyclage » pour tous les emballages de boisson pour accroître les taux de collecte et de recyclage en France et une campagne de sensibilisation financée par les producteurs d’emballage dans le cadre d’une responsabilité élargie des producteurs pour faire évoluer nos modes de production et de consommation vers des activités et des attitudes plus responsables et durables.

Camille Lecomte, chargée de campagne aux Amis de la Terre déclare : « Il y a aussi un besoin urgent de changer fondamentalement les politiques de l’Union européenne et de mettre fin au gaspillage. La réduction des déchets contribuerait non seulement à réduire les émissions de carbone, mais aussi à créer des emplois en Europe et à réduire la dépendance aux importations de matières premières. »

Les Amis de la Terre appellent à une meilleure politique de prévention des déchets qui comprend la promotion du réemploi et de la réparation (avec des objectifs chiffrés), de nouveaux dispositifs plus ambitieux de collecte et de recyclage des matériaux pour valoriser les ressources déjà prélevées et la marginalisation de la mise en décharge et de l’incinération pour réduire les impacts environnementaux de nos déchets.

Contact presse : Caroline Prak – 06 86 41 53 53 – 01 48 51 18 96

[1] L’étude Aluminium : augmenter le recyclage pour réduire les importations sont disponibles ici :

Le rapport complet, ‘Less is more : Resource efficiency through waste collection, recycling and reuse of aluminium, cotton and lithium in Europe’ est disponible ici : www.foeeurope.org/less-more-140213
A lire également : Surconsommation, une menace sur l’eau, novembre 2011. http://www.amisdelaterre.org/Surconsommation-une-menace-sur-l.html
[2] A voir le reportage Aluminium : attention danger !, diffusé sur Arte le 12 mars 2013 à 20h50.

Le contenu de la présente publication relève de la seule responsabilité de Global 2000, du SERI et des Amis de la Terre, et ne pourrait, en aucun cas, être considéré comme reflétant de l’avis de l’Union européenne.

Rédigé le