Ressources et médias

Rester informé


Annonces du Crédit Agricole : Une occasion manquée

Si Crédit Agricole est la deuxième banque à prendre des engagements dans les secteurs des sables bitumineux, pétroles et gaz de schiste et forages arctique, ces mesures ne se rapprochent pas même de celles annoncées par BNP Paribas en octobre dernier.

Crédit Agricole ne prend des mesures que sur les projets de sables bitumineux et de pétroles et gaz de schiste, alors que BNP a pris des engagements sur les projets et sur les entreprises très actives dans ces secteurs.

Or, concernant les sables bitumineux, la position du Crédit Agricole n’exclut donc pas un soutien de la banque aux nouveaux projets de pipelines prévus outre-Atlantique, le Keystone XL (relancé par Trump à son arrivée au pouvoir) le Line 3 et le Transmountain.

Les financements des entreprises TransCanada et Enbridge joueront un rôle clé dans les deux projets. La banque doit donc immédiatement préciser sa position sur ces entreprises et les exclure de ses financements si elle est sincère dans sa volonté de lutter contre les changements climatiques et d’éviter de nouvelles violations des droits des populations autochtones.

Sur les pétroles et gaz de schiste, Crédit Agricole ne fait que du cosmétique en n’excluant de ses financements directs que les projets les plus polluants. BNP Paribas a pour sa part exclu tous les projets de production, transport et exportation liés au secteur, y compris les terminaux de gaz naturel liquéfié (GNL) qui utiliseraient majoritairement du gaz de schiste, ainsi que les entreprises très actives dans ces activités.

« C’est une occasion manquée pour le Crédit Agricole. À peine annoncées, les mesures doivent être immédiatement revues à la hausse et a minima alignées à celles prises par BNP Paribas », déclare Lucie Pinson, chargée de campagne Finance privée aux Amis de la Terre.

Rédigé le