Ressources et médias

Rester informé


Assemblée générale d’AXA. Le géant de l’assurance ne sera pas le leader de demain

Mercredi 26 avril – Interrogé pendant son Assemblée Générale par les Amis de la Terre et son partenaire polonais « Development Yes, Open-pit Mines No », AXA rate l’opportunité de renouer avec le leadership qu’il avait pris en mai 2015 en annonçant se désinvestir des entreprises qui tirent plus de 50% de son chiffre d’affaires du charbon. Aux trois questions posées par les Amis de la Terre, AXA répond à demi aux deux premières et refuse de répondre à la troisième portant sur les soutiens d’AXA à la construction de nouvelles centrales à charbon en Pologne.

Les Amis de la Terre et leur partenaire polonais Development Yes, Open-pit Mines No participaient cet après-midi à l’Assemblée Générale d’AXA qui se tenait au Palais des Congrès à Paris.

Après avoir rappelé qu’AXA avait su faire preuve de leadership en 2015 en annonçant se désinvestir du charbon mais que leur critère de désinvestissement est aujourd’hui loin des meilleures pratiques et est très insuffisant pour protéger le climat, l’humanité et les propres intérêts économiques et financiers d’AXA, les Amis de la Terre ont fait une première recommandation au comité exécutif qui siégeait sur scène.

« Nous leur avons suggéré d’adopter des critères que nous jugeons avec nos partenaires internationaux indispensables pour qu’AXA renoue avec le leadership pris en 2015, et notamment de descendre son seuil de 50% de désinvestissement du charbon à 30% comme l’a déjà fait Allianz et d’autres investisseurs, comme le fonds de pension norvégien (1) » déclare Lucie Pinson, chargée de la campagne Finance privée aux Amis de la Terre France.

Mais Denis Duverne, Président du Conseil d’Administration, n’a pas voulu répondre positivement à aucun des critères, se défendant qu’AXA préfère une politique d’engagement à des critères d’exclusion. Lorsque les entreprises sont exposées à moins de 50% au charbon, AXA déclare avoir « une politique d’engagement avec ces entreprises pour comprendre la direction dans laquelle elles souhaitent aller et pour les inviter à réduire leur recours au charbon ».

Les Amis de la Terre appellent AXA à prendre une position stricte en faveur d’une exclusion des entreprises qui continuent de construire de nouvelles centrales à charbon car si ces entreprises vont dans une direction, celle-ci est contraire à celle donnée par l’Accord de Paris.

De plus, les chiffres démontrent qu’une politique d’engagement n’est pas plus efficace qu’une exclusion des entreprises exposées à plus de 30% au charbon, comme le prétend AXA. Preuve à l’appui, Allianz qui a adopté le seuil de 30% s’est désinvesti pour un montant de 4 milliards alors qu’AXA ne s’est désinvesti que d’un montant de 500 millions en 2015 et de 177 millions d’euros supplémentaires depuis l’annonce d’hier sur la gestion d’actifs pour tiers.

Après avoir dit ne pas pouvoir s’engager à ne plus assurer de nouveaux projets de centrales à charbon, AXA n’a pas même répondu à la troisième question de Jan Zygmuntowski qui portait sur les soutiens d’AXA à la construction de nouvelles centrales à charbon en Pologne.

Contact : Lucie Pinson, chargée de campagne Finance privée aux Amis de la Terre France, 0679543715, lucie.pinson@amisdelaterre.org

Rédigé le