AG d’EDF : les Amis de la Terre dénoncent la multiplication des projets liés au charbon

Montreuil, le 15 mai 2014 - Les Amis de la Terre et l’association serbe CEKOR interviendront lors de l’Assemblée générale d’EDF qui se tiendra ce 15 mai 2014 à Paris pour dénoncer les investissements de l’entreprise dans des projets d’énergie sale, dont le charbon. A l’heure de la transition énergétique française et à l’aube de la 21e Conférence des Parties des négociations climatiques qui se tiendra en 2015 en France, les associations appellent l’entreprise, dont l’Etat détient 80 % du capital, à se retirer de ces projets dommageables pour l’environnement, le climat et les populations locales.

L’Assemblée générale des actionnaires d’EDF est l’occasion pour les associations Les Amis de la Terre et CEKOR d’interpeller les dirigeants de l’entreprise sur leurs projets d’investissement dans des centrales à charbon en Europe de l’Est, alors que le charbon est l’énergie fossile la plus polluante et la plus émettrice de gaz à effet de serre. Ils distribueront également à cette occasion un erratum [1] au Rapport d’activité de l’entreprise mettant en lumière son véritable bilan.

L’association serbe CEKOR dénonce ainsi les velléités d’investissement d’Edison, filiale détenue à 99 % par EDF dans l’unité B de la centrale à lignite Kolubara, en Serbie. « 69 % de l’électricité serbe provient déjà du lignite. Or, c’est la forme la polluante de charbon : l’expansion du bassin charbonnier de Kolubara signifie pour la Serbie la dégradation de la qualité de l’air, avec en corollaire la détérioration de la santé des populations locales. Le charbon provoque en Europe plus de 18 400 morts prématurées par an [2] : les investisseurs français ont la responsabilité éthique de ne plus contribuer à cette hécatombe » dénonce Natasa Djereg, directrice de l’association serbe CEKOR. Le projet, très controversé, a vu le retrait de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) qui avait initialement promis une aide de 400 millions d’euros [3]. Son retrait est intervenu dans un contexte de mise au ban internationale du charbon par les bailleurs publics.

L’erratum au rapport d’activités d’EDF, réalisé en partenariat avec l’Observatoire des Multinationales apporte également des précisions sur le projet de construction de l’unité de charbon Plomin C en Croatie, contraire au plan d’aménagement territorial croate, mais aussi sur les investissements dans les grands barrages en Guyane, au Brésil et au Mozambique. Ces gigantesques projets hydroélectriques, qui ne profitent généralement pas aux populations locales, ont des conséquences environnementales et sociales dramatiques. L’erratum aborde enfin les zones d’ombre qui entourent les projets d’EDF : hausse des tarifs de l’électricité en Grande-Bretagne pour favoriser le nucléaire, partenaires locaux accusés de corruption et projets soupçonnés de conflits d’intérêt, poursuite des militants devant la justice. Le bilan du géant français de l’électricité est sombre.

« Avec des projets d’énergie sale, et notamment de centrales à charbon, les entreprises françaises comme EDF contribuent à enfermer les pays dans lesquels ils investissent dans des trajectoires hautement carbonées, et condamne le monde à subir les impacts aggravés des changements climatiques. Comment alors adopter l’accord ambitieux sur le climat en 2015 que la France appelle de ses vœux ? Par souci de cohérence, nous demandons à la France de veiller à ce que ses entreprises cessent leurs investissements climaticides et socialement dramatiques » constate Malika Peyraut, chargée de campagne aux Amis de la Terre. Les Amis de la Terre et CEKOR appellent ainsi EDF au retrait de ces projets d’énergie sale. C’est au contraire la sobriété énergétique, couplée à des mesures d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables, qui permettront d’assurer un modèle énergétique vecteur d’emplois et pérenne.

Contact presse : Caroline Prak - 06 86 41 53 43


[1] Voir pj en colonne droite.
[2] http://www.env-health.org/IMG/pdf/pr_heal_coal_report_final_fr.pdf
[3] http://bankwatch.org/news-media/for-journalists/press-releases/ebrd-gives-kolubara-b-lignite-power-plant-project-serbia

Pour en savoir plus, lire aussi : EDF et le charbon : le cas de Kolubara en Serbie

À télécharger...

Rédigé le