Assemblée générale de BNP Paribas : stop au financement du charbon !

Paris, le 15 mai 2013 - L’Assemblée générale (AG) des actionnaires de BNP Paribas a lieu aujourd’hui à Paris. Les Amis de la Terre y participent en interpellant la direction de la banque, qui se présente comme « responsable », sur ses investissements polluants dans le domaine du charbon. L’association demande à BNP Paribas de stopper ses investissements controversés aux impacts environnementaux et sociaux désastreux, particulièrement dans le domaine du « mountaintop removal », une technique d’extraction extrême employée aux Etats-Unis et qui doit faire l’objet d’une politique spécifique par le Crédit Agricole prochainement.

**** REACTION Yann Louvel suite à l’AG, 15 mai 2013, 18h

Suite à l’interpellation des Amis de la Terre, Baudoin Prot, président du groupe BNP Paribas, vient d’annoncer la publication imminente d’une politique sectorielle pour le secteur minier. Celle-ci incluerait des critères concernant le "mountaintop removal", la technique que Paul Corbit Brown est venu dénoncer aujourd’hui à l’Assemblée générale de BNP Paribas. Si cette annonce est une bonne nouvelle, il faudra bien sûr étudier de près ces critères quand ils seront publiés pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une exclusion complète de cette activité. Il ne restera alors plus à BNP Paribas qu’à diminuer l’ensemble de ses financements dans l’industrie du charbon, à publier le ratio de ses financements dans les énergies fossiles/renouvelables pour démontrer sa participation à la transition énergétique et enfin à calculer et à réduire ses émissions financées. Les Amis de la Terre feront toujours pression dans ce but.

****

Après la Société Générale et le Crédit Agricole l’an dernier, les Amis de la Terre interpellent cette année BNP Paribas sur ses investissements dans l’industrie du charbon lors de son Assemblée générale, aujourd’hui à Paris. D’après le rapport « Bankrolling Climate Change » (1) publié fin 2011 par le réseau international BankTrack, dont les Amis de la Terre sont membres, et plusieurs partenaires, BNP Paribas est en effet la banque française la plus climaticide, comme l’explique Yann Louvel, référent de la campagne Responsabilité des acteurs financiers aux Amis de la Terre : « Entre 2005 et 2010, BNP Paribas a investi plus de 10 milliards d’euros dans l’industrie du charbon, soit plus que les montants investis par la Société Générale et le Crédit Agricole réunis. BNP Paribas est ainsi la huitième banque la plus climaticide au monde et la première française dans le classement des « top 20 climate killer banks » présenté dans le rapport ».

Comme l’an dernier, les Amis de la Terre ne se rendent pas seuls à l’Assemblée générale de BNP Paribas aujourd’hui puisqu’ils y accompagneront Paul Corbit Brown, chargé de campagne pour l’ONG américaine « Keeper of the Mountain », qui vient dénoncer les ravages du « mountaintop removal » (MTR) aux Etats-Unis. Le MTR, ou « étêtage de sommets montagneux », est une technique d’extraction du charbon extrême qui consiste à détruire aux explosifs jusqu’à 300 mètres du sommet des Appalaches dans plusieurs Etats américains pour atteindre les veines de charbon qui se trouvent en dessous. Cette technique, par ses multiples pollutions, a des effets désastreux sur la santé des communautés locales, qui voient les cas de cancer se multiplier et leurs montagnes disparaître, tout comme les cours d’eau qui sont ensevelis par les déchets issus de cette exploitation charbonnière.

Malika Peyraut, chargée de campagne aux Amis de la Terre, dénonce : « BNP Paribas est impliquée dans le financement de plusieurs des principales entreprises qui pratiquent le MTR. Elle a ainsi participé ces dernières années à l’émission ou l’échange d’obligations d’ArcelorMittal et d’Arch Coal pour des centaines de millions d’euros. Elle a par ailleurs également contribué à des prêts à Mechel Oao et à Metinvest pour plusieurs milliards de dollars. BNP Paribas doit cesser ces activités bancaires avec ce type d’entreprises, en adoptant une politique sectorielle excluant ce type d’activité. Le Crédit Agricole prépare une politique sur ce sujet : BNP Paribas doit également agir au plus vite ! ».

Yann Louvel conclut : « Au-delà de la question du MTR, BNP Paribas doit prendre le chemin de la transition énergétique et progressivement substituer ses investissements dans les énergies fossiles par d’autres dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Pour pouvoir suivre cette évolution, nous demandons à BNP Paribas la publication annuelle du ratio entre ces deux secteurs, bien plus utile que la seule promotion des projets renouvelables financés qui s’apparente à du greenwashing. Plutôt que de se présenter comme une « banque responsable » finançant des projets de recherche sur les changements climatiques, il est grand temps que BNP Paribas diminue sa propre contribution aux changements climatiques en arrêtant d’investir immédiatement dans les secteurs les plus climaticides comme le charbon ».

Contact presse : Caroline Prak, Les Amis de la Terre, 01 48 51 32 22 / 06 86 41 53 43

(1) Le rapport est disponible sur la page suivante : http://www.amisdelaterre.org/Qui-finance-le-changement.html

Crédit photo : Flickr

Rédigé le