Ressources et médias

Rester informé


Avec l’édition de gènes, plus besoin de graines dans les fruits et plus besoin d’abeilles !

Dans des laboratoires, des ingénieurs essayent de résoudre un problème majeur pour l’humanité : faire des fruits... sans pépins. Pour cela, une nouvelle technique de manipulation génétique très puissante, le procédé CRISPR, est utilisée. Bien conscients de la futilité de leur entreprise, les ingénieurs ont découvert une justification à leur errements : leurs travaux permettent de se passer des abeilles.

Ca tombe bien puisque ces pauvres abeilles meurent massivement dans le monde. Parmi les différents facteurs, l’utilisation outrancière de produits chimiques sur les cultures joue un rôle prépondérant. Mais au lieu de tenter de réduire l’utilisation de ces poisons, nos apprentis sorciers proposent d’utiliser une technique encore plus invasive et encore plus éloignée de la nature pour produire des fruits sans graines qui n’auront plus besoin des abeilles...

Comme disait Reiser : "Nous vivons une époque formidable."

Vous n’aimez pas les pépins dans les tomates ? Alors vous serez contents d’apprendre que des tomates sans pépin ont été créées grâce à l’édition de gènes.

Cette technique (de manipulation génétique) permettra d’offrir une gamme beaucoup plus grande de fruits sans pépins que celle qui actuellement à notre disposition. Ainsi à l’avenir, les agriculteurs pourraient aussi ne plus dépendre de populations d’abeilles en déclin. Par contre, le fait que l’on puisse trouver un jour de tels fruits sur les étagères des supermarchés, dépendra de la façon dont les législateurs décideront de traiter les cultures modifiées par édition de gènes.

Plusieurs types de fruits sans pépins, des bananes aux concombres en passant par les raisins, sont déjà largement disponibles, mais beaucoup ont plus été obtenus par chance que conçus comme tels. Les bananes sans graines par exemple, sont le résultat de croisements fortuits entre des sous-espèces, tandis que d’autres fruits sans pépins sont le résultat de mutations spontanées. Il existe quelques variétés de tomates sans pépins, mais il a fallu des années aux sélectionneurs pour les obtenir.

Keishi Osakabe et ses collègues de l’Université Tokushima au Japon ont utilisé la technique d’édition de gènes CRISPR pour introduire volontairement une mutation qui rend les tomates sans pépin. La mutation augmente les taux d’une hormone appelée auxine, ce qui pousse les fruits à se développer, même si aucune graine n’a commencé à se former.

La précision qui caractérise la technique CRISPR fait qu’aucune autre mutation ne peut être provoquée dans d’autres parties du génome de la plante [1] . La seule différence visible est que les feuilles de la plante mutée présentent des formes plus simples et moins complexes que des feuilles normales, car l’augmentation des niveaux d’auxine a aussi des conséquences sur la formation des feuilles.

Mr Osakabe précise : "Nous ne les avons pas encore goûtées, mais théoriquement elles devraient avoir le même goût".

Débarassés des graines

Il a déjà été tenté de créer des tomates sans pépins en utilisant des techniques de génie génétique plus anciennes. Mais ces méthodes ne sont pas fiables et nécessitent beaucoup de temps, alors que la technique CRISPR est rapide, facile et précise.

Certains fruits "sans pépins" n’ont que de très petites graines, mais doivent encore être pollinisés. Par contre, les fruits totalement dénués de pépins ou parthénocarpiques, comme cette tomate, n’ont pas du tout besoin d’être pollinisés. Pour Saul Cunningham de l’Université nationale australienne, ce pourrait donc être un moyen de renforcer la sécurité alimentaire en réduisant notre dépendance à des abeilles dont les populations déclinent.

Les plantes sans pépins présentent l’inconvénient pour les agriculteurs de devoir être cultivées à partir de boutures, ce qui demande plus de travail. Les tomates sont généralement cultivées à partir de graines, mais elles peuvent également être multipliées par bouturage.

Certaines personnes aiment aussi le goût qu’ajoute les graines de tomate. En revanche, les variétés sans graines seraient idéales pour la transformation en sauces et pâtes.

Mr Osakabe explique que la technique CRISPR pourrait être utilisée pour développer d’autres types de cultures fruitières qui ne nécessitent pas de pollinisation, et pour également introduire des mutations bénéfiques qui améliorent les caractéristiques de la plante, comme la tolérance au stress.

Est-ce que ces variétés sans pépins atteindront les rayons des magasins ? Cela dépendra de l’obligation pour ces plantes modifiées par édition de gènes de respecter ou pas les mêmes critères d’approbation que les plantes modifiées génétiquement, ce qui augmenterait considérablement les coûts. Mais certains affirment déjà qu’il n’y a pas besoin d’une réglementation aussi stricte lorsque l’édition de gènes est utilisée pour introduire des mutations que l’on retrouve déjà dans certaines plantes que nous mangeons.

Par Alice Klein, édition électronique du New Scientist : https://www.newscientist.com/article/2127640-gene-editing-opens-doors-to-seedless-fruit-with-no-need-for-bees/

Notes

[1Voir l’article "Les OGM changent, les vieux mythes demeurent ". Cet article démonte les mythes qui entourent les nouvelles techniques de manipulation du vivant, notamment la notion de "précision". Article de fond indispensable pour la compréhension du débat sur les vieux OGM et leurs successeurs : http://www.amisdelaterre.org/Les-OGM-changent-les-vieux-mythes-demeurent.html

Rédigé le