Ressources et médias

Rester informé


Avec la biologie de synthèse, une nouvelle boite de Pandore s’ouvre !

Alors que se tient la 12ème conférence des Parties de la Convention sur la Diversité Biologique des Nations Unies, la Fédération internationale des Amis de la Terre demande un moratoire sur la dissémination dans l’environnement et sur la commercialisation de la biologie de synthèse.

La production de vétiver d’Haïti pourrait être menacée par des produits obtenus par biologie de synthèse

PYEONGCHANG, République de Corée, 7 Octobre 2014 (IPS). Haïti, le pays le plus pauvre de l’hémisphère ouest, est aussi le premier producteur mondial de vétiver. Dans le sud-ouest du pays, la production de vétiver peut difficilement passer inaperçue.

En rentrant dans Les Cayes, la plus grande ville du Sud, on est accueilli par des champs de vétiver des deux côtés de la route. C’est la même chose lorsqu’on se rend de Les Cayes à Port Salut. Des pentes de collines escarpées couvertes d’herbes vertes, bordent les crêtes entre les deux villes.

Le vétiver haïtien est très prisé par les parfumeurs. C’est un ingrédient essentiel dans certains des meilleurs et des plus chers parfums au monde.

Pourtant, les Haïtiens qui luttent pour leur quotidien et qui cultivent ce produit pourraient être frappés par un nouveau coup dur avec l’introduction d’une nouvelle industrie : la biologie de synthèse. Bien qu’elle ne soit pas précisément définie, la biologie de synthèse peut être définie comme un « génie génétique extrême ». Ce terme fait en gros référence au génie biologique assisté par ordinateur pour concevoir et construire des éléments biologiques synthétiques, des dispositifs et systèmes nouveaux, et remodeler des organismes biologiques déjà existants.

Dana Perls chargée de la campagne Alimentation et Technologie aux Amis de la Terre Etats-Unis précisait à IPS : « Dans un pays comme Haïti, certaines exportations de produits agricoles haut de gamme contribuent pour une part importante à l’économie du pays. Pourtant, il est prévu que de telles marchandises de faibles volumes mais de grande valeur soient créées par des compagnies comme Evolva, pour remplacer les produits vraiment naturels.

Evolva travaille à la création de parfums et arômes par biologie de synthèse. Ils pourraient être proposés à des prix bien plus bas et pourraient à terme supprimer le recours à des paysans pour cultiver ces arômes et parfums. »

Article complet :

PDF - 3.2 Mo
Biologie de synthèse : COP 12 CDB

Rédigé le