Ressources et médias

Rester informé


Baisse de 32% de la pollution sur le périphérique fin 2007 : aveuglement ou illusion ?

Dans un article paru le 31 janvier 2007, le journal Le Monde fait état d’une étude d’AIRPARIF à paraître dans les prochains jours, qui affirme que la pollution aux oxydes d’azote aura diminué de 32 % fin 2007 par rapport à 2002

Cette merveilleuse nouvelle devrait réjouir tous ceux qui, comme les Amis de la Terre , œuvrent pour sensibiliser les citoyens à la nécessité de réduire les émissions de polluants et inciter les pouvoirs publics à agir dans ce sens.

Or, les conclusions de cette étude nous interpellent : alors qu’en 2006 la pollution au dioxyde d’azote était supérieure à celle de 2002 (voir donnés ci-dessous) comment peut on affirmer, sans plus d’explication, que celle-ci va baisser brutalement de 32% en un an ?

Voila ce que donnent les résultats des mesures de la station du périphérique :

2002 = 94 microg/ m3 2003 = 103 microg/ m3 2004 = 102 microg/ m3 2005 = 104 microg/ m3 2006 = 100 microg/ m3

Prévisions Airparif : 2007 = 64 microg/ m3

Source : Airparif, données disponibles à la rubrique « résultats, historique- statistiques » Station du périphérique de la porte d’Auteuil.

Cette évolution montre que seul un miracle permettrait d’atteindre ce résultat en 2007.

L’affichage de prévisions aussi irréalistes a clairement pour objet de rassurer et d’afficher à tout prix un bilan positif. Mais plus encore, ces prévisions exonèrent les pouvoirs publics de prendre les mesures volontaristes qui permettraient de réduire significativement la pollution dans l’agglomération parisienne, comme celles que « Les amis de la Terre Paris » et les autres associations de protection de l’environnement tentent de promouvoir depuis des années.

De telles prévisions optimistes, tout aussi irréalistes, ont récemment permis à la préfecture Ile-de-France d’adopter en juillet 2006 un « plan de protection de l’atmosphère de l’Ile-de-France » qui ne comporte que des mesures dérisoires de réduction des émissions ce qui a amené les Amis de la Terre Paris à déposer un recours au Tribunal administratif de Paris.

L’association lance un appel pour que les citoyens soient informés en toute objectivité sur les niveaux de pollution de l’air en Ile-de-France. « chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé » (constitution française, charte de l’environnement

Rédigé le