Banque européenne d’investissement (BEI) : la vie commence à 50 ans ?

Luxembourg, le 3 juin 2008 – Alors que la Banque européenne d’investissement (BEI) fête ses 50 ans et que les Ministres des finances européens se retrouvent dans la ville de Luxembourg pour la réunion annuelle du Conseil des Gouverneurs de la banque, des militants venus de toute l’Europe ont décidé de se joindre à la fête en organisant une série d’actions de rue. Avec la distribution d’un journal parodique et l’organisation de fausses conférences de presse publiques annonçant un mea culpa de la BEI pour ses erreurs passées, ils entendent dénoncer les investissements irresponsables de la banque de l’Union européenne.

Voir la bande-annonce du film de l’action

Manque de transparence, absence de standards environnementaux et sociaux contraignants, financement de projets miniers désastreux, ou soutien massif aux énergies fossiles qui sape ses récents efforts dans le domaine des renouvelables : la BEI fait l’objet de critiques soutenues de la part de la société civile, en Europe et partout dans le monde. Son 50ème anniversaire est l’occasion pour les militants de demander une réforme profonde de la Banque.

Desislava Stoyanova, coordinatrice de Counter Balance : Réformer la Banque européenne d’investissement, une coalition d’ONG européennes travaillant sur la BEI nous explique : « On espère que la BEI a appris de ses erreurs de jeunesse, et que maintenant qu’elle atteint la maturité, elle va commencer à réellement réviser ses pratiques »

« Après 50 ans d’activité, la banque est maintenant devenue le premier bailleur public au monde, et les citoyens sont de plus en plus attentifs à ce qu’elle fait. Elle ne peut plus impunément financer, grâce à l’argent des contribuables, des projets qui vont à l’encontre des politiques européennes en matière de développement durable, de lutte contre les changements climatiques et de réduction de la pauvreté. Avec un volume de prêts de 50 milliards d’euros par an et un nouveau mandat pour intervenir hors de l’Union européenne, la BEI doit se rendre à l’évidence : elle a davantage de responsabilités » ajoute Anne-Sophie Simpere des Amis de la Terre, l’une des associations membres de Counter Balance.

Les activistes distribueront toute la journée des exemplaires du « Luxemburger Wahl », une parodie de journal qui présente une BEI « repentie » à l’aube de son 50ème anniversaire, qui renonce à financer des projets destructeurs pour financer des projets plus petits et plus soutenables. Deux conférences de presse factices permettront également d’annoncer « non officiellement » et en public que la BEI a décidé de radicalement changer de comportement à l’avenir et de prendre sa mission de développement au sérieux.

Anders Lustgarten, de Counter Balance, jouera le rôle du Directeur de la BEI, et aura ainsi le plaisir de présenter les nouvelles politiques de la BEI et notamment :
- La fin du soutien aux énergies fossiles et aux industries extractives ;
- Le financement de projets visant en priorité à réduire la pauvreté ;
- L’exclusion de tout investissement dans le nucléaire ;
- Une politique de financement des transports avec un bilan carbone neutre ;

Prince Kumwamba, Directeur exécutif de l’association ACIDH en République Démocratique du Congo (RDC), qui a critiqué l’implication de la BEI dans le projet minier très controversé de Tenke Fungurume, commente : « Ces évolutions seraient très positives pour les communautés et les économies du Sud, qui en ont plus besoin que de nouveaux projets pétroliers ou miniers qui vident leurs sous-sols et provoquent des dommages souvent irréversibles. Nous aurons quelque chose à célébrer le jour où ces changements seront une réalité. »

Voir aussi le site de l’action, sur lequel l’ensemble des documents factices sont présentés : Everyone’s Investment Bank http://www.eib50.org/
Diaporama des photos de l’action

Contact presse :
A Paris, Caroline Prak, Les Amis de la Terre
Tél. : 01 48 51 18 96 / 06 86 41 53 43
Au Luxembourg, Anne-Sophie Simpere – Les Amis de la Terre
Tél. : 06 84 24 88 95

Rédigé le