Rester informé


CNP Assurances en route pour sortir du charbon

Mardi 19 novembre. CNP Assurances a annoncé hier de nouvelles mesures concernant son retrait du secteur du charbon. Les deux annonces phares sont la décision de ne plus investir dans aucune des 258 entreprises qui prévoient de nouvelles centrales à charbon et celle de « demander à l’ensemble des entreprises auxquelles CNP Assurances est exposée en direct, de publier d’ici 2021, un plan de désengagement du charbon thermique aligné sur une sortie d’ici 2030 dans les pays de l’Union Européenne et de l’OCDE, et d’ici 2040, dans le reste du monde, reposant sur la fermeture et non la vente des actifs ».

Pour Lucie Pinson, coordinatrice de la campagne Unfriend Coal et référente de la campagne Finance privée des Amis de la Terre France : « CNP Assurances se dote aujourd’hui d’une politique qui s’inscrit dans la continuité de ce que Banque Postale Asset Management et Crédit Agricole ont annoncé en juin dernier. Malgré quelques limites, cette politique devrait lui permettre de soutenir les efforts contre l’expansion du charbon et pour la fermeture des infrastructures charbon existantes d’ici 2030 au niveau européen et de l’OCDE. Nous attendons la bonne exigence des autres acteurs financiers, à commencer par BNP Paribas et AXA ».

« Est à relever l’engagement de CNP Assurances à demander aux entreprises de publier un plan de fermeture de leurs actifs charbon selon des dates alignées avec la science climatique. Cependant, il manque aux annonces de CNP Assurances l’identification des mesures qui seront mises en œuvre en cas de l’échec de l’engagement. C’est d’autant plus indispensable que CNP Assurances va devoir immédiatement exercer son nouveau dispositif sur Engie. »

La semaine dernière, un rapport de BankTrack et Unfriend coal appelait les acteurs financiers à tenir l’engagement pris par la place financière de Paris le 2 juillet et à prendre plusieurs mesures afin de se désengager totalement du charbon (1). Parmi ces mesures figurait l’exclusion immédiate des 417 entreprises qui prévoient la construction de nouvelles mines, centrales et infrastructures charbon.

« CNP Assurances fait la moitié du chemin puisque son engagement ne porte que sur les 258 entreprises qui développent de nouvelles centrales à charbon. Aucun engagement n’est pris concernant les 159 développeurs de mines et infrastructures charbon. Par ailleurs, si CNP Assurances s’engage à ne plus investir, et non de désinvestir, dans les développeurs de nouvelles centrales à charbon, elle s’engage à mener une politique d’engagement actionnarial auprès d’eux afin de les inciter à renoncer à leurs projets d’expansion, une approche louable si elle est menée de manière robuste. Malheureusement, comme pour les entreprises à qui il est demandé un plan de fermeture, il manque ici les mesures qui seront mises en œuvre en cas de l’échec de l’engagement ».

Enfin, CNP Assurances a un seuil d’exclusion différent pour les entreprises exclues de l’univers d’investissement et les entreprises désinvesties de son portefeuille. Depuis 2018, CNP Assurances n’investit plus dans les entreprises qui tirent plus d e10% de leurs chiffres d’affaires du charbon. Après avoir vendu les titres détenus dans les entreprises qui tirent plus de 25% de leurs chiffres d’affaires du charbon en 2015, CNP Assurances a abaissé ce seuil à 20%.

CNP Assurances continue de mesurer l’exposition au charbon d’une entreprise productrice d’électricité à partir de la part du charbon dans ses revenus et non dans sa production d’électricité. Non seulement cette métrique n’est pas révélatrice de l’impact climat d’une entreprise mais la donnée tend à changer fortement selon le fournisseur de données utilisé par l’investisseur.

Cela est potentiellement problématique puisque le principal fournisseur de données de CNP Assurances est TruCost (2), pour qui le plus producteur de lignite au monde, RWE, ne tirerait que 2% de ses revenus du charbon alors qu’il produit aussi la moitié de son électricité à partir du charbon.

RWE était exclu des nouveaux investissements de la banque en raison de la décision de 2018 de ne plus investir dans les 120 entreprises identifiées par urgewald comme étant, cette année là, les plus agressives en termes de développement de nouvelles centrales à charbon. Mais RWE n’a plus de projet de nouvelle centrale à charbon et pourrait donc désormais bénéficier de nouveaux investissements de la part de l’assureur. Malgré son engagement à atteindre la neutralité carbone, RWE poursuit sa politique de sape des engagements climat de l’Allemagne et de l’Union européenne, et continue d’étendre ses gigantesques mines de lignite à quelques centaines de kilomètres de Paris.

Contact : Lucie Pinson, 06 79 54 37 15, lucie@sunriseproject.org ; lucie.pinson@amisdelaterre.org

(1) Voir la note https://www.amisdelaterre.org/Sortie-du-charbon-la-finance-francaise-en-ordre-de-marche-3367.html
(2) https://www.cnp.fr/cnp/content/download/7938/file/CNP-Rapport-Investissement-Responsable-2018.pdf

Rédigé le