Ressources et médias

Rester informé


Ces biens qui passeront difficilement l’année, victimes de l’obsolescence programmée…

Allonger la durée de vie de ses biens est une idée qui fait son chemin. Hélas, le chemin est parfois sinueux et semé d’embûches… Malgré la création d’un délit d’obsolescence programmée, l’obsolescence réglementaire et l’obsolescence logicielle continuent de pousser les consommateurs à renouveler leurs biens plus vite que prévus.

Un iPhone de plus mis au rebut ? L’iPhone 4 était en sursis depuis l’arrivée de l’IOS 9 en septembre 2015, l’année 2016 risque de lui être fatal. En effet, le logiciel, essentiel aux mises à jour, n’est plus supporté par Apple. Une stratégie qui permet de limiter les coûts de développement et surtout d’inciter au renouvellement. La durée du support du logiciel de l’iPhone 4 a été de 51 mois (soit un peu plus de 4 ans), bien plus que pour le premier iPhone (36 mois), mais insuffisant au regard du prix de l’appareil (entre 500 et 700€) et des métaux rares et stratégiques qu’il contient.

Une stratégie que l’on retrouve aussi chez le géant Windows qui a annoncé la fin des mises à jour pour Windows 7 et qui incite les utilisateurs à passer à Windows 10 et à racheter un nouvel ordinateur.

En plus de cette obsolescence logicielle, l’obsolescence organisée par les pouvoirs publics fait son retour en 2016. Un phénomène dénoncé par Zero Waste France et Halte à l’obsolescence programmée : « dans la nuit du 4 au 5 avril 2016, la télévision numérique terrestre (TNT) passera à un nouveau format d’image haute définition, rendant obsolètes près de 6,3 millions de postes de télévision dans les 57% de foyers français qui passent encore par une antenne. »

Pour résister, des solutions existent : l’obsolescence logicielle imposée par les géants de l’informatique et de la communication peut être contournée par les logiciels libres et l’obsolescence de votre vieux poste télé par l’achat d’un adaptateur.

Rédigé le