Convention d’Aarhus : L’Union européenne et la France doivent accepter d’ouvrir les portes de la démocratie environnementale

Paris, le 1er juillet 2011 - Depuis hier, les Etats signataires de la Convention d’Aarhus sur l’information, la participation du public et l’accès à la justice en matière environnementale sont réunis à Chisinau, Moldavie. L’adhésion de nouveaux pays non membres de la Commission économique des Nations unies pour l’Europe (UNECE), appelée de ses voeux par France Nature Environnement et les Amis de la Terre France, est en négociation. Inquiétudes.

Une décision qui restreindrait l’accès de pays volontaires à la démocratie environnementale

La Convention d’Aarhus se rattache directement aux droits de l’homme de nature politique et est un outil puissant de mise en oeuvre du Principe 10 de la Déclaration de Rio de 1992 pour la démocratie environnementale. FNE et les Amis de la Terre sont opposés à ce que les parties à la Convention d’Aarhus adoptent une procédure qui restreindrait la possibilité pour des pays hors zone UNECE d’adhérer à la Convention d’Aarhus. Il s’agirait d’une décision contraire aux engagements pris lors de la dernière réunion des parties en 2008.
Céline Mesquida, représentant France Nature Environnement à Chisinau précise : « La décision qui pourrait être adoptée ce jour créerait un système d’adhésion à deux vitesses. Des pays comme le Cameroun et la République de Guinée Bissau, ayant demandé l’adhésion, se verraient soumettre une procédure clairement dissuasive. Pourquoi cette Convention à vocation universelle ne pourrait-elle pas bénéficier également à tous les pays qui en font la demande ? ».

La convention d’Aarhus doit bénéficier de aux pays qui construise leur démocratie.

Pour Martine Laplante, Présidente des Amis de la Terre France : « La Convention d’Aarhus représente un outil de taille pour permettre à la société civile de tous les pays qui le souhaitent de construire leur démocratie environnementale. »
Les droits reconnus par cette Convention peuvent être porteurs d’une forte démocratisation de la société et permettre de mieux protéger l’environnement, tout en renforçant les prérogatives des contre-pouvoirs. Les Amis de la Terre France et France Nature Environnement regrettent que l’Union européenne, soutenue par la France, soit à l’origine d’un tel recul et réclament l’élargissement de la convention d’Aarhus à tous les pays en faisant la demande

Contacts :
France Nature Environnement - Céline Mesquida : 06 35 40 86 01
Les Amis de la Terre - Caroline Prak : 06 86 41 53 43 / 01 48 51 18 96

Rédigé le