Déclaration finale de la rencontre euro-maghrébine contre les énergies extrêmes et l’extractivisme

Du 7 au 9 mars 2014, a eu lieu la rencontre euro-maghrébine contre les énergies extrêmes et l’extractivisme, à laquelle Les Amis de la Terre France ont participé. Ci-dessous le communiqué final rédigé par les participants.

Unis pour dénoncer en Europe et au Maghreb le développement des énergies fossiles extrêmes dangereuses pour le climat, l’environnement et la santé publique et anti-démocratiques

Saint-Christol-lez-Alès, le 12 mars 2014

Nous, membres de collectifs citoyens et associations issus de 21 (1) pays, communautés et nations d’Europe et du Maghreb, nous sommes réunis à Saint-Christol-lez-Alès (Gard-France) du 7 au 9 mars 2014.

Localement engagés contre le développement des hydrocarbures non conventionnels (2) et l’extractivisme, nous faisons tous partie d’un même combat et considérons comme essentiel le renforcement des liens entre nos luttes. La déclaration de Korbach (3) porte l’essentiel des revendications qui nous unissent.

Les participants ont dressé un état des lieux alarmant de la situation dans leurs pays respectifs. À cet égard, nous dénonçons en particulier :

  • Les atteintes à l’environnement, à la santé publique et aux ressources hydriques ;
  • Le mépris des réglementations environnementales nationales, européennes et maghrébines ;
  • La marchandisation et la financiarisation des territoires ;
  • Des interventions policières brutales, des violations répétées des droits de l’homme et le non-respect du droit des communautés locales à décider de leur avenir, notamment en Pologne, Roumanie, Royaume-Uni, Ukraine, Tunisie et au Maroc ;
  • L’utilisation par les États de la force publique pour défendre des intérêts privés.

Aussi, nous lançons un appel aux instances internationales pour que cessent immédiatement de telles exactions, et exigeons qu’elles contraignent les industriels à la remise en état des sites dégradés.

Les traités de libre échange, en place ou en cours de négociation (traités bilatéraux UE/USA (TAFTA), UE/Canada (CETA), UE/Maghreb, etc.), risquent d’annihiler le pouvoir de décision des États au profit de celui des multinationales. En donnant un droit supérieur aux intérêts privés à travers le mécanisme de règlement des différends investisseurs–États (ISDS), ils s’opposeraient aux bases de la démocratie, au principe de précaution, à l’ensemble de la législation environnementale et à l’indépendance de la justice.

Comme nous l’avons dénoncé en janvier dernier dans une lettre ouverte (4) adressée à la Commission Européenne et signée par plus de 400 groupes européens, les avancées obtenues grâce à notre mobilisation pourraient alors être totalement remises en cause. C’est pourquoi nous avons décidé d’actions communes destinées à mobiliser le grand public et à contraindre les autorités européennes à défendre et à renforcer les droits des populations et les acquis environnementaux.

Cette rencontre permet de renforcer activement la coopération euro-maghrébine dans la lutte contre les énergies extrêmes et l’extractivisme. Elle réaffirme notre solidarité internationale envers les pays victimes des assauts intolérables des industriels. Elle donne de l’ampleur à un mouvement grandissant de citoyens révoltés par la soumission du monde politique aux intérêts privés.

Ensemble, nous appelons nos gouvernements à mettre en œuvre, massivement et sans délai, une transition énergétique basée sur la sobriété et l’efficacité énergétique, l’abandon des énergies d’origine fossile et le développement des énergies renouvelables.

Pour conclure, nous désirons exprimer ici notre totale solidarité avec les militants qui ont récemment perdu la vie ou la liberté, comme Eugeniy Kotlar (5) (Ukraine), Omar Moujane, Brahim El Hamdaoui, Abdessamad Madri (6) (Imider - Maroc).

Aussi, les membres de tous les pays européens et maghrébins présents affirment d’une même voix :

Des alternatives aux hydrocarbures existent. Sortons des schémas archaïques et productivistes et de la frénésie extractiviste ! NON AUX HYDROCARBURES DE SCHISTE ET DE HOUILLE, NI ICI NI AILLEURS, NI AUJOURD’HUI NI DEMAIN

NOTES
1. Allemagne, Angleterre, Belgique, Bulgarie, Catalogne, Ecosse, Espagne, France, Irlande du Nord, Italie, Grèce, Lituanie, Maroc, Pays-Bas, Pays de Galles, Pologne, République d’Irlande, Roumanie, Suisse, Tunisie, Ukraine 2. Pétrole et gaz de schiste et de couche, schistes et sables bitumineux, tight-oil et tight-gas, etc.
3. Lire la déclaration de Korbach en français.
4. Lire la lettre ouverte aux dirigeants de l’Union européenne
5. Zelenyi Front
6. Mouvement Sur la Voie de 96

À télécharger...

Rédigé le