Ressources et médias

Rester informé


Elections Européennes : "Quelles Alternatives à l’Agrochimie productiviste ?"

Plusieurs associations avaient posé des questions aux candidat-e-s du Grand Est lors de la réunion publique du 21 mai à Quetigny, sur le thème : « Quelle(s) alternative(s) à l’agriculture chimique productiviste et ses conséquences néfastes sur les humains (alimentation, santé, emploi) et sur les éco-systèmes". La table ronde était animée par Marion Chevassus, journaliste à Miroir Magazine.

Les questions :
- Collectif 21 ni OGM ni Pesticide : "Nous pensons qu’un étiquetage détaillé et des analyses indépendantes sur les pesticides doivent être imposés en Europe afin de surveiller leurs effets sur la santé humaine, exigences qui ne sont pas négociables dans le cadre de TAFTA (Grand Marché Transatlantique). Que proposez vous et que ferez-vous pour répondre à ces exigences ?"

- Quetigny Environnement : "Quelles sont les mesures que vous proposerez ou soutiendrez au Parlement Européen pour arrêter la pollution des eaux due aux rejets de l’agriculture conventionnelle"

- Graine de Noe : "Des grands groupes agro-industriels veulent s’arroger le monopole des plantes et des semences en imposant partout leurs brevets. C’est un des enjeux des négociations sur le Grand Marché Transatlantique (TAFTA). Quelles mesures proposerez-vous ou soutiendrez- vous pour faire échec à cette bio-piraterie ?"

- Les Amis de la Terre Côte-d’Or : "Les parlementaires européens ont réussi à plafonner les agro-carburants à 6 %. C’est encore beaucoup trop au regard de leurs effets néfastes sur les changements climatiques. Que comptez-vous faire pour en réduire, voire supprimer la production et l’utilisation ?"

- Terre de liens : "Les politiques agricoles européennes menées jusqu’à aujourd’hui ont eu pour effet de réduire le nombre de paysans. En pleine crise politique économique et surtout sociale, ne pensez vous pas que sauver des fermes, c’est sauver l’emploi ?"

- Confédération Paysanne : "Face à l’accaparement des terres, à la concentration foncière, au développement de l’agriculture de firme qui ruinent la paysannerie et la fertilité des sols, comptez-vous faire du foncier un enjeu politique dans l’Union Européenne en affirmant sa nature de bien commun à l’humanité plutôt qu’instrument de placement financier et de spéculation ?"

- GAB 21 : "Quels outils cohérents comptez-vous mettre en place pour encourager le développement de l’agriculture bio, en tenant compte des spécificités régionales, et sans revoir les labels à la baisse (vrai-faux bio de supermarché) ?"

- Veille au grain : "Les biotechnologies ayant évolué, peut-on envisager de surveiller de manière encore plus fine, voire d’interdire les nouvelles méthodes de transformation des plantes ?" Seuls les partis politiques Cap 21, EELV, Front de Gauche, UDI-Modem avaient répondu présent.

Rédigé le