Ressources et médias

Rester informé


Etude des Amis de la Terre sur la réparation : Les ressources s’épuisent, nos réparateurs aussi !

Vite achetés et vite jetés tel est le sort de nos objets… La réparation permet de leur donner une seconde vie, mais ce secteur a été mis à mal par l’arrivée de biens de consommations bon marché. Les Amis de la Terre ont étudié les enjeux de ce secteur et publient l’étude "Les ressources s’épuisent, nos réparateurs aussi !".

L’exploitation des ressources naturelles a augmenté de 50% dans le monde depuis 30 ans. Un seuil a été atteint en 1987, date depuis laquelle notre consommation s’élève à un niveau tel que les capacités de renouvellement des ressources sont compromises, dans le même temps notre production de déchets a explosé. Nous jetons plus de 594 kg de déchets par an et par habitant. Pour réduire notre empreinte écologique, l’allongement de la durée de vie de nos produits est une priorité.

Cependant, alors que la prévention des déchets appelle à une dynamique positive pour inciter les consommateurs à allonger la durée de vie de ses produits et de ne pas céder aux appels des stratégies marketing des entreprises, le secteur de la réparation un des piliers de l’allongement de la durée de vie des produits souffre d’une baisse régulière d’activité et d’un déficit d’image.

Le secteur de la réparation est-il entré dans un cercle vicieux tel que le geste de la réparation est amené à se perdre ou des dynamiques nouvelles tendent-elles à donner un second souffle ? En réaction aux difficultés que traversent le secteur de la réparation, des initiatives pour redonner le réflexe de la réparation aux citoyens consommateurs voient le jour : des labels se créent, des annuaires locaux de la réparation sont réalisés et des journées de la réparation s’organisent.

Mis à mal par l’arrivée massive de produits bon marché, de piètre qualité et difficilement réparable, le secteur de la réparation doit aujourd’hui être soutenu. Les Amis de la Terre appellent les pouvoirs publics à à interdire la commercialisation de produits indémontables ou irréparables, rendre obligatoire la mise à disposition des pièces détachées pendant 10 ans, à soutenir la formation des réparateurs, et à lever les contraintes juridiques à la réutilisation des pièces détachées d’occasion.

Lire l’étude "Les ressources s’épuisent, les réparateurs aussi !"

Rédigé le