Europe - Mais quand prendrons-nous au sérieux la nécessaire efficacité énergétique et la sobriété ?

La Commission européenne publie aujourd’hui deux communications clefs sur le climat et l’énergie. Ces deux documents proposent à l’Union européenne (UE) une voie pour combattre les changements climatiques. Malheureusement, le plus important pour y parvenir – un objectif contraignant de réduction des consommations énergétiques – en est absent.

Le premier est la feuille de route 2050 qui décrit un scénario climatique de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) pour l’Europe. Ce document pousse pour que l’Europe s’engage vers un objectif de réduction de 25 % de ses émissions de GES pour 2020 – ce qui est mieux que les 20 % actuellement annoncés par l’UE. La Commission y précise que l’atteinte de cet objectif de réduction des GES dépendra de l’application d’un plan ambitieux pour la réduction des consommations énergétiques.

Brook Riley, chargé de campagne Climat et Énergie aux Amis de la Terre Europe, réagit à cette publication : « La meilleure nouvelle est que la Commission publie officiellement que l’objectif de réduction de GES de 20 % n’est pas suffisant pour éviter les pires impacts des changements climatiques, et préconise un objectif de 25 %. Cependant, nous savons déjà qu’une réduction des émissions de 25% ne suffira pas à maintenir en deçà de 2 °C la température globale. Les décideurs politiques semblent vouloir prendre le risque d’impacts climatiques irréversibles. C’est bien de 40 % de réduction des émissions de GES d’ici à 2020 dont nous avons besoin ! (1) »

Le deuxième document de la Commission, son plan sur l’efficacité énergétique en 2020, souligne par ailleurs que l’UE n’est pas en bonne voie pour atteindre son objectif de réduction des consommations énergétiques de 20 % d’ici 2020. Le document insiste pour que des mesures solides pour l’efficacité énergétique soient engagées.

Mais pour Cyrielle den Hartigh, chargée de campagne Habitat écologique et Climat aux Amis de la Terre France, « seul un objectif contraignant de réduction des consommations énergétiques de 20 % d’ici 2020 nous donnera peut-être une chance d’atteindre l’objectif de réduction de GES de l’UE. De plus, un tel objectif réduira en moyenne de 1 000 € par an la facture des habitants et créera plus de 2 millions d’emplois, selon un rapport de la Commission.  »

Martine Laplante, présidente des Amis de la Terre France, complète : « Si nous voulons réellement voir une diminution tangible de nos consommations d’énergie, il est incontournable de mettre en place un programme de sobriété qui viendra compléter le plan pour l’efficacité énergétique. Seule une prise de conscience globale de notre nécessaire transition vers des sociétés soutenables nous permettra d’éviter les pires conséquences des crises sociale et écologique actuelles, et nous donnera les moyens de la résilience (2). »

Contact Presse : Caroline Prak - 06 86 41 53 43.

(1) Les Amis de la Terre demandent une réduction des émissions de GES de 40% d’ici 2020 en Europe. Ces chiffres sont issus de l’étude « The 40% Study, Mobilising Europe to Achieve climate justice » réalisé par le Stockolm Environnement Institute : http://www.foeeurope.org/climate/FoEE_SEI_40_study_summary_Dec09.pdf

(2) Voir la position des Amis de la Terre France pour des Sociétés Soutenables, mars 2011 : http://www.amisdelaterre.org/Position-sur-les-societes.html

Rédigé le