Gaspillage alimentaire : les emballages plastiques sont le problème, pas la solution !

Un nouveau rapport démontre que les emballages plastique ne permettent pas de lutter contre le gaspillage alimentaire. Décryptage.

Une étude inédite publiée par les Amis de la Terre Europe et Zero Waste Europe contredit l’idée reçue selon laquelle les emballages, et en particulier les emballages plastique, permettent de lutter contre le gaspillage alimentaire. Dans certains cas, le conditionnement sous plastique peut même encourager ce gaspillage.

Deux courbes en augmentation depuis les années 50

Un nouveau rapport démontre que les emballages plastique ne permettent pas de lutter contre le gaspillage alimentaire

Une étude inédite publiée par les Amis de la Terre Europe et Zero Waste Europe contredit l’idée reçue selon laquelle les emballages, et en particulier les emballages plastique, permettent de lutter contre le gaspillage alimentaire. Dans certains cas, le conditionnement sous plastique peut même encourager ce gaspillage.

L’argument souvent avancé par le secteur de l’agroalimentaire pour justifier le recours à l’emballage plastique à usage unique est que ce dernier permettrait une meilleure conservation des produits, que ce soit pour la distribution ou chez les ménages. L’étude de Zero Waste Europe et des Amis de la Terre Europe montre pourtant qu’il n’est pas possible d’affirmer à ce jour que les emballages plastique permettent de réduire le gaspillage alimentaire. Bien au contraire, depuis les années 50, les déchets plastiques et le gaspillage alimentaire ont augmenté de manière concomitante. Les ménages européens jettent ainsi en moyenne 30 kg de plastique par an et 173 kg de denrées alimentaires.

L’emballage plastique, une “habitude” problématique

Aujourd’hui, le plastique est le matériau le plus utilisé pour conditionner les aliments en Europe et représente 37% des aliments vendus. L’omniprésence de ces emballages au sein de notre système alimentaire pose de nombreux problèmes :

- L’immense majorité des emballages plastique sont à usage unique et peu recyclables.. Les taux de recyclage du plastique étant faibles au sein de l’Union Européenne (30%), ces emballages finissent en décharges ou en incinérateurs et représentent donc un gaspillage de ressources. Depuis 1950, 42% du plastique utilisé l’a été pour de l’emballage.

- Ces emballages ont un impact écologique désastreux : le plastique représente 85% des déchets présents sur les plages.
- L’utilisation massive du plastique pour le conditionnement alimentaire pose des questions de santé publique, avec une possibilité de migration des particules chimiques du plastique vers les aliments.

Le système de distribution dominant responsable d’un important gaspillage de ressources

Le rapport de Zero Waste Europe et les Amis de la Terre Europe met en évidence les véritables facteurs menant au gaspillage alimentaire. Les pratiques du système de distribution et de consommation dominant, qui a massivement recours à l’emballage plastique à usage unique, sont pointées du doigts. Ainsi : Les normes esthétiques ou les standards imposés par l’industrie agroalimentaire et les distributeurs pour le conditionnement en emballage conduit à un gaspillage important d’aliments pourtant propres à la consommation. Les emballages multi-packs et les formats imposés entraînent du gaspillage alimentaire en contraignant les consommateurs à acheter parfois plus que ce dont ils ont besoin ;

Ainsi, ce rapport démontre que, indépendamment du mode de conditionnement utilisé, ce sont surtout les pratiques du secteur de l’agroalimentaire qui entraînent le gaspillage alimentaire : allongement des distances de transport, stratégies marketing agressives pour vendre plus de produits indépendamment du besoin du consommateur, baisse générale de la qualité des produits vendus...

Des recommandations pour réduire le gaspillage

Ainsi, la solution au gaspillage alimentaire se trouve plutôt dans la remise à plat de notre système alimentaire que dans les emballages plastique.

Les politiques visant à promouvoir une alimentation locale et de qualité et les objectifs de réduction de la consommation de plastique sont donc complémentaires et peuvent même se renforcer mutuellement :

le développement de circuits d’approvisionnement plus courts, la promotion des alternatives zéro déchet ou réutilisables dans nos modes de vie, l’éducation au goût et à la cuisine sont autant de pistes qui peuvent permettre de réconcilier lutte contre le gaspillage alimentaire et zéro emballage !

En savoir +

Pour en savoir + :

Laura Chatel, chargée de plaidoyer à Zero Waste France, laurachatel@zerowastefrance.org 01 55 78 28 60

Alma Dufour, chargée de campagne Modes de production et de consommation responsables aux Amis de la Terre France : alma.dufour@amisdelaterre.org 09 72 43 92 57

Rédigé le