Hazelwood : ENGIE pourrait fermer sa centrale à charbon australienne

Montreuil, le 26 septembre 2016 – La presse australienne a révélé vendredi 23 septembre qu’ENGIE pourrait fermer sa centrale à charbon Hazelwood d’ici avril 2017. Si l’information était confirmée, elle marquerait une avancée majeure, fruit de la mobilisation active du mouvement climat contre la possible revente de la centrale. Les Amis de la Terre rappellent toutefois la nécessité que cette fermeture s’opère de façon juste pour les travailleurs et les communautés, et posent un certain nombre de conditions.

Le journal local The Age a annoncé vendredi 23 septembre que l’une des centrales à charbon les plus polluantes au monde, celle d’Hazelwood en Australie (État de Victoria) pourrait fermer d’ici avril 2017 [1], et non pas être revendue comme l’avait laissé entendre Isabelle Kocher [2], Directrice Générale d’ENGIE, détenteur à 72 % de la centrale. Selon ce même journal, l’entreprise n’a pas encore confirmé l’information, et celle-ci devrait être rendue publique le 19 ou le 20 octobre lors d’un Conseil d’administration du groupe.

Cette décision ferait suite à des années de mobilisation des communautés locales, relayées par des organisations françaises dont les Amis de la Terre. Le 13 septembre, une action simultanée s’était tenue à Melbourne et à Paris, où 50 militants climat, dont 30 déguisés en kangourous, avaient envahi le siège d’Engie [3]. «  Pour avoir une chance de rester sous la barre fatidique des + 1,5 °C d’augmentation de la température du globe soulignée par l’Accord de Paris, il faut sortir des énergies fossiles, et notamment du charbon. Or, les entreprises françaises font montre d’une véritable hypocrisie puisque depuis le début de l’année 2016, elles cherchent à revendre leurs centrales à charbon, alors que le bon sens climatique voudrait qu’elles les ferment. C’est pourquoi si ENGIE confirmait sa décision, en donnant des garanties aux communautés et aux travailleurs, elle ferait preuve d’une véritable lucidité. » commente Malika Peyraut, des Amis de la Terre.

Alors que la centrale d’Hazelwood, en opération depuis plus de 40 ans, est considérée comme l’une des centrales à charbon les plus polluantes au monde, ENGIE doit à présent fermer la centrale en assumant sa responsabilité. Pour Wendy Farmer, représentante de la communauté locale Voices of the Valley « Les compagnies énergétiques ne doivent pas être autorisées à mettre la clé sous la porte et à s’enfuir. Nous voulons auparavant la réhabilitation complète de toutes les infrastructures amenées à fermer, et de nouveaux investissements majeurs pour créer de véritables emplois sur le court terme. Et l’entreprise et le gouvernement doivent contribuer à la transition. »

En vue du Conseil d’administration d’ENGIE attendu pour le 19 ou le 20 octobre, les Amis de la Terre demandent ainsi à l’entreprise et au gouvernement français, qui siège à ce Conseil d’administration :

  • Que soit proposé un plan de fermeture totale d’ici avril 2017 intégrant :
    • La réparation des dommages sociaux et environnementaux infligés à la région par l’incendie de la mine
    • Un accompagnement individualisé pour tous les travailleurs afin d’offrir des possibilités de reconversion à ceux qui le souhaitent
    • La réhabilitation de l’ensemble des infrastructures de la mine et de la centrale
  • Qu’une rencontre soit organisée en amont de ce Conseil d’administration entre le siège d’ENGIE et les communautés de la Latrobe Valley Les militants climat s’affirment déterminés à se mobiliser pour que ces conditions soient remplies, afin que les habitants d’Hazelwood puissent amorcer une transition vers un futur basé sur les énergies renouvelables, l’efficacité et la sobriété énergétique.

Contact presse : Malika Peyraut, 06.88.48.93.68, malika.peyraut@amisdelaterre.org

#Hazelwood #stopcharbon

Rédigé le