Huile de palme : la campagne presse qui interpelle le gouvernement

Montreuil, le 21 mars 2018 – Saviez-vous qu’en faisant le plein de carburant, vous faites le plein d’huile de palme ? En partenariat avec le groupe Lea Nature, les Amis de la Terre France lancent une campagne d’affichage dans la presse. L’objectif : informer et mettre la pression sur le gouvernement qui tergiverse.

Aujourd’hui, 75 % de l’huile de palme que nous consommons est incorporée dans les carburants [1] que nous trouvons à la pompe sous forme d’agrocarburants. Une tendance inquiétante et en plein développement alors que la culture du palmier à huile est le principal moteur de la déforestation en Asie du Sud-Est. Avec la révision de la directive sur les énergies renouvelables qui devrait être finalisée avant l’été, l’Europe a une occasion unique de mettre un terme à ce scandale.

Le 6 juillet, lors de la présentation du Plan Climat, Nicolas Hulot a annoncé son intention de « fermer la fenêtre d’opportunité qui permet d’incorporer de l’huile de palme dans les carburants » [2]. Depuis, le gouvernement semble avoir fait marche arrière [3] en cédant sous la pression des pays producteurs (Indonésie, Malaisie) et de Total [4], qui est en train de construire une gigantesque bio raffinerie, à La Mède, qui en ferait le premier importateur français d’huile de palme.

L’interdiction de l’huile de palme comme carburant, et plus généralement de l’ensemble des carburants exerçant une pression sur les forêts, est un test de crédibilité pour la stratégie nationale de lutte contre la déforestation importée en cours d’élaboration comme l’explique Sylvain Angerand, coordinateur des campagnes pour les Amis de la Terre France : « Une vaste coalition d’ONG mais aussi de distributeurs et d’entreprises de l’agroalimentaire appellent le gouvernement à tenir son engagement. Réussir à nourrir la planète sans entraîner de déforestation est déjà un immense défi, si des terres doivent être détournées pour produire des carburants ce défi devient impossible à relever  ».

Le 16 janvier 2018, le Parlement Européen a voté, à la quasi-unanimité, pour une élimination progressive de l’huile de palme dans les carburants d’ici 2021. Les prochains mois seront décisifs car les États membres doivent se mettre d’accord avec le Parlement européen sur l’avenir des agrocarburants. Cette campagne d’affichage dans la presse quotidienne et hebdomadaire a pour objectif d’interpeller le gouvernement et de rappeler notre exigence pour passer des discours aux actes.

En savoir +

[1] La France consomme 856 kt d’huile de palme, dont 650 kt sous forme de carburant soit 75.9% (p.11, Durabilité de l’huile de palme et des autres huiles végétales, CGAER/CGDD, mai 2017).

[2] http://www.liberation.fr/futurs/2017/07/06/plan-climat-hulot-commence-par-les-objectifs_1582107

[3] En visite en Malaisie, Florence Parly, Ministre des Armées, déclare que la France soutiendra la Malaisie, dans le cadre du trilogue, pour bloquer une interdiction de l’huile de palme dans les carburants.

[4] Voir notre dossier. Malgré la polémique sur l’utilisation d’huile de palme, Total affirme publiquement que “les autorités françaises au plus haut niveau de l’Etat le soutiennent”.

Crédits photo : BigStock

Rédigé le