Huit Prix Nobel de la Paix interpellent l’Europe sur les sables bitumineux

Paris et Bruxelles, le 16 février 2012 – Huit Prix Nobel de la Paix ont écrit aux chefs d’États européens et aux ministres de l’Environnement les exhortant de s’attaquer aux sources de carburants les plus polluantes, tels que les sables bitumineux et les huiles de schiste.

Dans leur lettre [1], les huit Prix Nobel de la Paix interpellent le Président Sarkozy : "Nous vous écrivons aujourd’hui pour vous demander de faire le bon choix pour notre environnement, en soutenant les efforts de la Commission européenne pour maintenir les sables bitumineux très polluants hors d’Europe".

Juliette Renaud, chargée de campagne sur les Industries extractives aux Amis de la Terre France, commente : "Les sables bitumineux sont la source de pétrole la plus sale [2]. Ils provoquent des dégâts irréversibles sur l’environnement et la faune sauvage, et surtout affectent fortement les conditions de vie des communautés locales. Après les forêts boréales au Canada, les pétroliers veulent maintenant s’attaquer à des zones toujours plus fragiles, comme le projet de Total à Madagascar".

Les représentants des États membres de l’UE vont voter le 23 février prochain sur les modalités de mise en œuvre de la directive sur la qualité des carburants. Cette réglementation pourrait être un frein important à l’importation des carburants très polluants [3] en Europe et surtout constituer un précédent pour d’autres législations dans le reste du monde.

Cette directive a été votée en 2008 mais n’a toujours pas été mise en œuvre. Le Canada, un producteur majeur de sables bitumineux, ainsi que les grandes compagnies pétrolières, ont exercé un lobby agressif contre cette loi. La France compte parmi les pays qui seraient en train de céder à ces pressions et s’apprêterait à voter contre la proposition de la Commission européenne le 23 février.

En conclusion de la lettre, les Prix Nobel rappellent que le Président Obama, à qui ils avaient aussi écrit pour exprimer leurs préoccupations, a su faire le bon choix en rejetant le projet d’oléoduc Keystone XL, qui devait transporter les sables bitumineux depuis l’Alberta (Canada) vers les États-Unis.

Darek Urbaniak, des Amis de la Terre Europe, conclut : "Si l’Union européenne ne met pas en place des politiques adéquates, elle sera aussi responsable des dommages causés par les sables bitumineux. La proposition de la Commission européenne s’appuie sur des preuves scientifiques et les États membres devraient la soutenir. La question est de savoir s’ils sont prêts à dire "non" au lobby pétrolier et aux sables bitumineux."

Contact presse :
Caroline Prak, Les Amis de la Terre France, 01 48 51 18 96 – 06 86 41 53 46
Juliette Renaud, Les Amis de la Terre France, 01 48 51 18 92, juliette.renaud[at]amisdelaterre.org

[1] Télécharger la lettre au Président Sarkozy ci-dessous (en anglais et traduction française). Les signataires de la lettre sont :
Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix (1976) – Irlande
Betty Williams, Prix Nobel de la Paix (1976) – Irlande
Adolfo Pérez Esquivel, Prix Nobel de la Paix (1980) – Argentine
Archevêque Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix (1984) – Afrique du Sud
Rigoberta Menchú Tum, Prix Nobel de la Paix (1992) – Guatemala
Président José Ramos‐Horta, Prix Nobel de la Paix (1996) – Timor Oriental
Jody Williams, Prix Nobel de la Paix (1997) – Etats-Unis
Shirin Ebadi, Prix Nobel de la Paix (2003) – Iran

[2] Pour plus d’informations sur les impacts de l’exploitation des sables bitumineux, cliquez ici et .
Pour plus d’information sur la directive européenne sur la qualité des carburants, cliquez ici.

[3] Le pétrole produit à partir de sources très polluantes, tels que les sables bitumineux, les huiles de schiste ou le charbon liquéfié, provoque des émissions de gaz à effet de serre bien plus importantes que le pétrole conventionnel. Ainsi, selon l’étude scientifique commanditée par la Commission européenne, les carburants issus des sables bitumineux produisent 23% de plus d’émissions de gaz à effet de serre que le pétrole conventionnel (107 grammes d’équivalent CO2 par mégajoule d’énergie produite contre 87g pour le pétrole conventionnel).

À télécharger...

Rédigé le