Importer légalement en Europe du bois coupé illégament au Cameroun

Abordé pour la première fois en 1998 lors du G8, le problème de l’exploitation illégale des bois exotiques est depuis resté en haut de l’agenda international et a été l’objet de multiples sommets et conférences internationales (Application des Législations Forestières et la Gouvernance en Afrique, 1999 ; Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo, 2002, Traité pour la protection et la gestion durable des forêts du Bassin du Congo, 2005).

Le Cameroun, un des principaux exportateurs de bois tropical vers l’Europe, n’est pas épargné par ce fléau. Il est très difficile d’estimer le pourcentage de bois illégal au Cameroun et ce rapport n’a pas cette ambition : notre but est de montrer les mécanismes qui permettent d’exporter légalement vers l’Europe du bois coupé illégalement.

La loi forestière du Cameroun prévoit différents titres pour exploiter du bois en forêt : les Unités Forestières d’Aménagement (UFA ou concessions), les forêts communautaires, les forêts communales, les Ventes de Coupes ou ce que l’on appelle les « petits titres ». Les « petits titres » sont des autorisations spéciales, délivrées par le Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF), qui permettent de récupérer le bois lors de l’ouverture d’une route ou lors de la création d’une plantation. Durant les deux dernières années, les Amis de la Terre France, Pays-Bas et Cameroun ont enquêté sur le terrain pour identifier les mécanismes de l’exploitation illégale et les acheteurs de ce bois en particulier pour ces « petits titres ». Dans le cadre du plan d’action contre le commerce de bois illégal (FLEGT, Forest Law Enforcement Governance and Trade), l’Union Européenne a entamé officiellement, en 2007, les négociations avec le Cameroun pour discuter d’un Accord de Partenariat Volontaire (APV)1. Les APV sont présentés par la Commission Européenne comme la pierre angulaire de la lutte contre le commerce de bois illégal. Ce rapport révèle que loin des discours officiels et des engagements affichés dans le cadre de l’accord de partenariat volontaire avec l’Union Européenne, l’exploitation illégale du bois continue de prospérer au Cameroun, et ne profite qu’à une minorité de personnes influentes.

PDF - 2.3 Mo
Importer légalement en Europe du bois coupé illégament au Cameroun
Importer légalement en Europe du bois coupé illégament au Cameroun

Rédigé le