Ressources et médias

Rester informé


Jeûne-Action International DIJON-Valduc pour l’adoption par l’ONU d’un Traité d’Interdiction des armes nucléaires

Nous avons besoin de votre soutien du 6 au 9 août 2014 ! Libérer le monde des armes nucléaires, c’est possible !

Un bien triste anniversaire Il y a 69 ans, le 6 août à 8h15 la bombe atomique « Little Boy » explosait au dessus de Hiroshima réduisant à néant la ville et ses habitants. Le nombre total de morts reste imprécis, il est de l’ordre de 250 000. Le 8 août à 11h02 « Fat Boy » détruisait Nagasaki, tuant sur le coup 75 000 des 240 000 habitants. Au moins autant d’habitants décédèrent des suites de leurs blessures ou de maladies dues à la radioactivité.

Le savez-vous ? Au XXIème siècle, 16.000 bombes nucléaires sont toujours en service. En France, 96 sont en état d’alerte - 2000 dans le monde. En état d’alerte signifie qu’elles peuvent être lancées en une quinzaine de minutes. Une frappe nucléaire peut ainsi être déclenchée, y compris par accident ou par erreur comme cela a failli se produire déjà de trop nombreuses fois ! Dénoncer, et arrêter cette insécurité nucléaire mondiale est une urgence. Les armes nucléaires sont la menace la plus extrême pour notre planète et pour l’humanité. De façon répétée, des personnalités telles que John Kennedy en 1961 ou Georges Le Guelte, expert géostratégique du CEA (Commissariat à l’Energie Atomique) en 2009, on clairement reconnu qu’une guerre nucléaire pourrait survenir sur la base d’une erreur ou d’une méprise telle que l’interprétation faussée d’un signal radar. Ainsi, la notion de désarmement nucléaire apparaît comme un enjeu humanitaire fondamental, de par l’incommensurabilité des conséquences qu’une explosion nucléaire engendrerait. Sur notre sol par exemple l’explosion d’une bombe atomique aurait des conséquences bien au-delà de l’explosion elle- même. Elle provoquerait des désastres supplémentaires, sur les sites industriels à haut risque dans le périmètre, et notamment les centrales nucléaires : l’explosion d’une bombe atomique détruisant les systèmes électriques, il n’y aurait plus de système de refroidissement des réacteurs. Une telle éventualité rapproche de nous le spectre de la catastrophe.

Agissons ensemble ! En mai 2014 à l’ONU, tous les états l’ont affirmé : il faut éliminer les armes nucléaires. Un Traité d’Interdiction est proposé et doit être discuté à la 3ème Conférence Internationale convoquée par l’Autriche à Vienne les 8 et 9 décembre prochains. Les 9 états nucléaires refusent de participer s’opposant ainsi aux autres états du monde. L’Europe ne compte que deux pays marginaux équipés de la bombe : la France et la Grande-Bretagne. Demandez avec nous à l’ONU la mise en place d’un Traité d’Interdiction des armes nucléaires. Signez les pétitions ! www.fsan.fr www.icanw.org

Nous jeûnons pour faire avancer cette cause ! Pour ne pas oublier Hiroshima et Nagasaki, et en hommages à toutes les victimes du nucléaire, un jeûne international pour l’abolition des armes nucléaires a lieu dans toute l’Europe. A Paris devant le Mur pour la Paix, à Saintes (17), à Büchel en Allemagne devant la Base des bombes nucléaires de l’OTAN, à Burghfield en Angleterre devant l’usine de construction d’armes nucléaires, et pour la première fois à DIJON-Valduc. Les jeûneurs et les personnes engagées à leur côté dénoncent l’accord récent conclu par la France avec la Grande-Bretagne (signé par M. Sarkozy en 2010 et complété par M. Hollande en 2014) sur la mise au point de nouvelles armes nucléaires (1 milliard d’euros de travaux engagés à Valduc). Ils jeûnent pour que la France élimine ses armes nucléaires, pour refuser que les générations actuelles et futures subissent les dommages de la radioactivité, pour que la communauté in- ternationale décide, sur les modèles des interdictions des armes chimiques et des bombes à fragmentation, d’un Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires.

Savez-vous ce qu’est Valduc ? Le centre du Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives de Valduc (CEA) est situé à 45 km au nord de Dijon, sur la commune de Salives. Il le plus important des 10 CEA de France. Créé en 1957, le CEA de Valduc a acquis progressivement un terrain de 588 ha, dont 413 boisés. Sa particularité est d’être une installation nucléaire de base classée secrète par le Premier Ministre. Les équipes du CEA Valduc se consacrent en effet à l’étude et la fabrication des composants nucléaires de la force armée française. Leurs travaux vont de la recherche à la fabrication des composants des armes nucléaires. Ils se chargent également de la maintenance des têtes nucléaires (recharge en tritium, gaz radioactif) et de leur démantèlement. Ils mettent en place la simulation numérique du fonctionnement des armes, relais, depuis 1996, des essais en taille réelle. La proximité du CEA Valduc nous rend encore plus sensibles et impliqués dans ce problème d’au- tant plus que les activités en projet dans le cadre de l’accord franco-anglais Teutates (projet Epure) prévoient la mutualisation de moyens avec l’Angleterre pour analyser et améliorer le fonctionnement des bombes atomiques, en photographiant en 3D des mécanismes d’explosions. Ce projet nécessite la construction d’une installation sophistiquée avec un budget de l’ordre de 3 milliards d’euros. Nul doute que ces activités en projet vont accroître l’impact environnemental de l’activité du site de Valduc. L’augmentation constante de la pollution radioactive a été prouvée notamment par les études de la CRIIRAD (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité).

Nous avons besoin de votre soutien ! Libérer le monde des armes nucléaires, c’est possible ! Jeûne-action organisé par la Maison de Vigilance, le Réseau Sortir du Nucléaire, Armes nucléaires STOP, Les Amis de la Terre Côte d’Or, MAN (Mouvement pour une Alternative Non-violente), le Mouvement de la Paix, Campagne mondiale ICAN (pour abolir les armes nucléaires) et avec le soutien de Non-Violence XXI et du cinéma l’Eldorado

PROGRAMME :

Pour se retrouver le 6 août à Valduc : RDV à Dijon pour co-voiturage à 10h15 au lac Kir sur le parking le plus proche du barrage et nous partirons ensemble. Ou, pour ceux du nord de la région, RDV à 11h30 à Lamargelle, sur la place de la mairie.

Mercredi 6 août 10h : Accueil à Dijon d’une délégation de jeûneurs parisiens et anglais. 12h : Action et conférence de presse binationale devant le centre du CEA de Valduc. Minute de silence pour les victimes du premier bombardement atomique de l’histoire de l’humanité. Apéritif à l’eau (non-tritiée !) offert par les jeûneurs. L’écharpe rose sera déroulée. Les françaises en ont tricoté 60 mètres, dont 4 mètres par des Côte-d’Oriennes ! L’écharpe rose, qu’est-ce que c’est ? Des militantes anglaises ont lançé l’initiative d’encercler la base de Burghfield (l’équivalent de Valduc en Angleterre) avec une écharpe rose de 11 km pour symboliser et marquer leur refus de la bombe. Après Valduc, l’écharpe rose sera redéployée à Paris le 7, puis reliée à l’écharpe de 11 km entre Burghfield et Aldermaston.

Jeudi 7 août 10 - 18h : Stand place de la République Information et discussion avec le public. Concours de dessins pour les enfants : « Dessine-moi la bombe, dessine-moi la guerre, dessine-moi la paix ! » 18 - 20h : liaison vidéo avec les Jeûnes-Action de Paris, Saintes, Bûchel (Allemagne) et Burghfield (Angleterre).

Vendredi 8 août 10 - 18h : Stand place de la République Information et discussion avec le public. Concours de dessins pour les enfants : « Dessine-moi la bombe, dessine-moi la guerre, dessine-moi la paix ! » 20 h : Projection / débat au cinéma l’Eldorado Diffusion d’une copie de travail de la poésie vidéo anti-nucléaire & a Fade to Grey réalisée par Lydie Jean-Dit-Pannel, jeûneuse (15 minutes). Puis diffusion du film japonais Pluie noire de Shöhei Imamura (1989)

Samedi 9 août 10 h : Présence place de La Libération à Dijon 11 h 02 : Commémoration du bombardement de Nagasaki avec une minute de silence. Remise des prix du concours de dessins pour les enfants : « Dessine-moi la bombe, dessine-moi la guerre, dessine-moi la paix ! » 12 h : Rupture du jeûne avec collation légère en Mairie.

(Télécharger le tract d’information) (Télécharger le dossier de presse)

Rédigé le