Ressources et médias

Rester informé


La Commission n’arrive pas à faire avaler le glyphosate aux européens !

Face à la levée de boucliers, la Commission a dû reculer et finalement renoncer à faire voter le renouvellement pour 15 ans de l’autorisation du Glyphosate, par le Comité d’experts des Etats-membres.

Finalement, la Commission européenne a renoncé à faire voter le renouvellement pour 15 ans de l’autorisation du Glyphosate, par le Comité d’experts des Etats-membres [1]. Une nouvelle évaluation est donc confiée à l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) et devrait durer jusqu’à fin 2017.

De nombreux pays [2] ont été choqués de voir la Commission refuser de reconnaître le classement du glyphosate par l’Organisation mondiale de la santé, comme « cancérigène probable pour les humains ». Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) est une des institutions les plus rigoureuses sur le plan scientifique et les plus indépendantes. Ses évaluations sont menées par des scientifiques confirmés, venant du monde entier, et qui sont soumis à une politique très stricte concernant les conflits d’intérêts

La Commission a préféré se ranger à l’avis de l’Agence européenne de sécurité des aliments qui se basait sur l’avis de l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR). Il est important de savoir que les scientifiques allemands n’ont pas eu le temps de préparer eux-mêmes une évaluation toxicologique et qu’ils se sont appuyés sur les études non publiques [3] , rédigées par la European Glyphosate Task Force, un consortium d’industriels de l’agrochimie dont sont membres notamment … Monsanto et Syngenta. Les conclusions et les méthodes de l’Institut fédéral allemand et de l’Agence européenne de sécurité pour les aliments, ont provoqué l’indignation de nombreux scientifiques de renom mondial [4].

D’autant plus que le glyphosate est omniprésent dans l’alimentation. Il a été mis en évidence dans le pain des britanniques et la bière des Allemands. D’autre part, des tests pratiqués par les Amis de la Terre ont détecté des traces de glyphosate dans les urines des citoyens, dans 18 pays européens ! [5] Les Amis de la Terre Autriche, suivis de plusieurs organisations européennes, ont déposé un recours en justice à Berlin et Vienne [6].

Pour Christian Berdot des Amis de la Terre France : « Face à cette levée de boucliers, la Commission a dû reculer. Les Amis de la Terre ne peuvent expliquer l’entêtement de la Commission que comme une nouvelle tentative en faveur des Etats-Unis et des multinationales de la chimie et de l’agrobusiness, afin de préparer le terrain pour le TAFTA, l’accord de libre échange transatlantique [7]. La Commission se moque des avertissements des scientifiques indépendants et prépare le démantèlement des normes de protection de l’environnement et de la santé des citoyens européens, normes considérées par les multinationales comme des ‘obstacles’ au commerce. Les Amis de la Terre resteront très vigilants. »

Notes

[1Mais le Comité permanent se réunit à nouveau les 19 et 20 avril ainsi que les 18 et 19 mai. Que fera la Commission ?

[2L’opposition déclarée de la France, de la Suède, des Pays-Bas et de l’Italie a beaucoup pesé dans la décision de la Commission de reporter la décision.

[5Consultez l’article et les différentes fiches d’information qui présentent les risques liés au glyphosate : « L’herbicide le plus vendu dans le monde présent dans le corps humain ! »

Rédigé le