La France bloque sur les énergies renouvelables

Jacques Chirac a annoncé à l’issue du Conseil des Ministres ce matin la position française sur la politique énergétique européenne. Demain s’ouvre le Conseil européen qui réunira tous les chefs d’Etat pour décider de la politique énergétique des 10 ans à venir. L’issue de ce Conseil est donc capitale pour l’avenir de l’Europe. Or, le gouvernement annonce que la France soutiendra un objectif global sur les énergies faiblement carbonées, pouvant ainsi inclure le nucléaire. L’adoption de cet objectif global conditionne l’acceptation de la France d’un objectif sur les énergies renouvelables. Les Amis de la Terre déplorent que le gouvernement français n’ait pas une position claire pour un objectif sur les énergies renouvelables. Et, une fois de plus, l’efficacité énergétique sera reléguée au second plan tandis que les agrocarburants devrait faire l’objet d’un objectif contraignant.

Lundi dernier, le conseiller à l’environnement de Jacques Chirac annonçait à un panel de représentants d’ONG françaises, dont les Amis de la Terre, que la France s’engagerait sur un objectif contraignant de 20% sur les énergies renouvelables. Nous sommes donc déçus de constater que promesse n’a pas été tenue au profit d’un développement du nucléaire, fausse solution pour combattre le changement climatique. Un objectif clair sur les énergies renouvelables permettrait d’impulser économiquement ce secteur plein d’avenir. De surcroît, les énergies renouvelables favoriseraient un développement décentralisé et créeraient beaucoup plus d’emplois que ne le ferait le nucléaire.

En ce qui concerne l’efficacité énergétique, l’Europe a la possibilité de réduire le gaspillage énergétique de 20%. Mais les Amis de la Terre déplorent que les Etats européens ne souhaitent pas s’engager sur un objectif chiffré. L’efficacité énergétique représente pourtant le moyen le plus sûr de combattre le changement climatique. « L’efficacité énergétique doit figurer comme la première solution à mettre en œuvre pour combattre le changement climatique et améliorer l’indépendance énergétique de l’Europe. Une politique forte en matière d’amélioration de l’efficacité énergétique dans les logements réduirait fortement nos émissions de gaz à effet de serre et constituerait un gisement d’emplois formidable » souligne Cyrielle den Hartigh, chargée Climat aux Amis de la Terre.

La France devrait soutenir demain un objectif de 10% d’agrocarburants pour l’ensemble des transports. Mais les agrocarburants impliquent une agriculture intensive et surtout une importation des pays du sud, entraînant de graves dommages environnementaux tels que la déforestation. « Puisque ces problèmes n’ont pas été suffisamment étudiés, les Amis de la Terre ne soutiennent pas la mise en place d’objectifs chiffrés sur cette filière. Thème du salon de l’agriculture 2007, les agrocarburants ne doivent pas apparaîtrent comme LA solution pour sauver l’agriculture française et la crise énergétique actuelle » explique Anne Bringault, directrice des Amis de la Terre.

Un drapeau européen géant de plusieurs mètres de haut sera dressé devant le Conseil européen le 9 mars par les Amis de la Terre Europe. Les étoiles du drapeau porteront les symboles des solutions énergétiques prônées par l’organisation. Des volontaires des quatre coins de l’Europe viendront participer à cette action afin de faire pression sur les membres du Conseil et les engageant à soutenir une politique énergétique européenne durable et réaliste pour combattre le changement climatique.

Contact presse : Caroline Prak - 01 48 51 32 22 ou 06 86 41 53 43.

Rédigé le