La Ministre de l’Ecologie fait des déclarations, nous attendions des actes

Montreuil, le 25 novembre 2014 - Ségolène Royal a annoncé hier que « l’écotaxe n’est pas abandonnée, seulement le contrat avec Ecomouv », une déclaration qui tombe à pic alors que s’ouvre ce jeudi, la Conférence environnementale. Pour les Amis de la Terre, l’heure des déclarations est depuis longtemps révolu : des actes et du courage s’imposent maintenant.

Ségolène Royal prépare-t-elle médiatiquement une conférence environnementale les 27 et 28 novembre prochains qui s’annonce désastreuse ? Sa sortie sur l’eco-taxe, sujet de discorde où les lobbies auront finalement eu le dernier mot, vise-t-elle à rassurer des associations qui devaient à la Conférence environnementale participer à la table ronde sur les transports mais ont finalement boycotté la rencontre ?

Les constats du GIEC sur les changements climatiques et ceux de l’OMS sur la santé publique démontrent l’urgence et imposent des mesures réelles et immédiates. Les Amis de la Terre ont fait des propositions concrètes de mesures pour que les marchandises soient transportées sur les voies maritimes et ferrées existantes rejoignant sur ce thème les recommandations de la Cour des Comptes et de la Commission "Mobilité 21".

Le report d’une décision de bon sens, partagée au sein même des parlementaires irrite Florent Compain, président des Amis de la Terre France : « Hier, la ministre s’est contentée de déclarations et de délais pour réfléchir en laissant objectivement la situation empirer. Les questions de transport ne sont pas uniquement des questions liées aux infrastructures mais bien des questions d’urgence climatique et de santé publique. Ce n’est pas par un éventuel débouché en juin 2015 du groupe de travail sur le financement des infrastructures que le gouvernement répondra à cette problématique. »

Les Amis de la Terre adressent une mise en garde à la ministre de l’Ecologie et à la ministre de la Santé pour qu’elles prennent chacune en ce qui les concerne, leur responsabilité en matière de changements climatiques et de santé publique.

Faute de mesures concrètes devant une situation dramatique, les ministres seront comptables des dégradations constatées.

Contact presse : Caroline Prak – 06 86 41 53 43

Rédigé le