Ressources et médias

Rester informé


La rénovation écologique pour tous

Ca y est ! Après maintes visites, vous venez de trouver la perle rare, la maison de vos rêves. Oui, mais voilà, quelques travaux sont à prévoir. Quelle que soit l’ampleur de la tâche, la rénovation a des impacts sur l’environnement et sur la qualité de votre future habitation. Heureusement, voici quelques éléments qui vous aideront à rénover « écolo ».

Pour consolider ou rafraîchir votre maison, des matériaux sains, produits si possible localement, sont à privilégier. Le but est en effet de limiter l’impact environnemental de votre habitat (notamment dû à la fabrication et au transport). Cela suppose tout d’abord de réduire les émissions de gaz à effet de serre de votre logement en renforçant son isolation. Plus de confort pour une moindre consommation énergétique et une facture allégée...

Il existe sur le marché plusieurs isolants. Renoncez immédiatement aux laines minérales (verre, roche...) ou isolants dérivés de la pétrochimie, non recyclables et nécessitant beaucoup d’énergie à la fabrication. Ces isolants peuvent en outre provoquer des allergies s’ils sont mal posés. Préférez plutôt les isolants naturels  : le chanvre, le liège, la laine de mouton ou encore les produits à base de cellulose offrent des qualités isolantes similaires aux laines minérales, tout en ayant un impact faible sur l’environnement et votre santé.

Si vous avez la chance d’habiter en maison, l’installation d’un toit et de murs végétaux vous permettra d’obtenir une isolation phonique et thermique tout à fait écologique. Oui, recouvrir simplement vos murs extérieurs de vignes vierges peut réduire la température des parois de 7°C en plein soleil. Mieux que la clim’ !

Après l’isolation, place à la déco

Vous venez d’améliorer significativement le « fond ». Il vous faut maintenant vous attaquer à la « forme ». Pour vos sols, un parquet en bois local (chêne, châtaignier, hêtre etc.) donnera bien plus de charme et de chaleur à votre intérieur qu’un parquet en bois exotique, souvent issu de coupes illégales et dont la commercialisation contribue à la déforestation.

Pour refaire vos murs, vous aurez presque toujours besoin d’appliquer un enduit, souvent à base de plâtre. Dans ce cas, demandez à votre revendeur du plâtre naturel (gypse naturel), qui contrairement au plâtre industriel, ne contient pas de polluants cancérigènes. Les peintures bio sont à privilégier : à la chaux, elles sont garanties sans additifs ni composés organiques volatils (COV). Pour vos solvants, choisissez des produits comportant le logo NF Environnement, dont l’impact sur l’environnement est moindre, sans être nul malheureusement.

Enfin, trier les déchets de vos travaux (solvants, colles, vernis ou restes de peintures...) est primordial pour éviter que les composés chimiques ne se diffusent et n’endommagent l’air et les sols. Il ne vous restera qu’à les apporter à la déchetterie...

> PERRINE VALLET

Article issu de la Baleine 153, mars 2008

Rédigé le