Le paquet climat-énergie 2030 sous l’influence des lobbies industriels

Montreuil, le 20 mars 2014 – Les objectifs européens proposés pour 2030 en matière de climat et d’énergie sont très en deçà de ce que préconise la science. Ils répondent davantage aux intérêts privés des industriels qu’à l’urgence climatique. Les Amis de la Terre demandent à l’Union européenne et au gouvernement français de se dégager de l’emprise des lobbies et d’adopter des objectifs contraignants et ambitieux de réduction de la consommation d’énergie, des émissions de gaz à effet de serre et de développement des énergies renouvelables.

Les 20 et 21 mars à Bruxelles se tient le premier sommet des 28 chefs d’Etat de l’Union européenne en vue de discuter le « paquet 2030 » des mesures visant à enrayer le changement climatique et assurer les besoins énergétiques de l’Europe.

Pourtant décisives pour les quinze prochaines années, les propositions actuellement sur la table ne correspondent pas aux recommandations de la science et ne permettront pas de réduire la dépendance de l’Europe aux énergies polluantes comme le charbon et les gaz de schiste. En effet, selon les plans actuels, l’UE ne s’engagerait à diminuer les émissions de gaz à effet de serre que de 40 % d’ici 2030 (par rapport au niveau de 1990), sans proposer d’objectifs contraignants de réduction de la consommation d’énergie et de développement des énergies renouvelables.

« Il est temps que les décideurs, à l’échelle nationale et européenne, prennent la mesure de l’enjeu climatique et social et cessent de privilégier les intérêts des pollueurs que sont les lobbys industriels au détriment des attentes citoyennes » estime Malika Peyraut, chargée de campagne aux Amis de la Terre. Hier, un rapport publié par les Amis de la Terre Europe et le Corporate Europe Observatory a dévoilé l’influence des lobbies des énergies fossiles et de l’industrie sur la Commission européenne, expliquant le faible niveau d’ambition de cette dernière (1).
Une centaine de personnes est attendue aujourd’hui devant le lieu des négociations pour exprimer leur frustration et revendiquer que la priorité soit donnée aux attentes des citoyens.

« A l’heure de négociations climatiques décisives à l’échelle internationale, les décideurs européens et le gouvernement français, engagé dans la transition énergétique française et futur hôte de la COP21 en 2015, doivent envoyer un signal fort permettant la limitation de l’augmentation de la température du globe à 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle », appelle Malika Peyraut, des Amis de la Terre.

Pour l’association, l’Union européenne doit convenir d’une réduction des émissions de 60% d’ici 2030 couplée à des objectifs contraignants de réduction de la consommation d’énergie d’au-moins 50 % et une part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique d’au-moins 45 %. Seules des mesures ambitieuses permettront de réussir la transition énergétique vers des sociétés post-fossiles et post-fissiles pour limiter les conséquences du changement climatique.

(1) Voir le rapport des Amis de la Terre Europe et du Corporate Europe Observatory ci-joint : " Mettre fin à l’histoire d’amour entre les pollueurs et les politiques "

(2) https://www.facebook.com/events/675457835830487/

Contact presse : Caroline Prak 06 86 41 53 43

En savoir +

Légende de l’image : "Business Europe, comme les dinosaures, ne peut pas s’adapter au changement climatique"

Rédigé le