Les Amis de la Terre appellent à cesser les importations de teck de Birmanie

Depuis 2006, les Amis de la Terre animent, avec Info Birmanie, une action d’interpellation des entreprises sur le commerce du teck de Birmanie. En effet, ce commerce est la deuxième source officielle de revenu pour la junte militaire qui réprime actuellement les manifestations pacifistes. Cette action a conduit plusieurs entreprises (Leroy Merlin, Point P et bientôt Saint Maclou) à stopper la vente de produits en teck de Birmanie. Mais la plupart des importateurs, regroupés au sein de leur fédération (le Commerce du Bois) refusent toujours de s’engager.

Avec 80% des réserves mondiales, la Birmanie est le principal producteur et exportateur de teck issu de forêts naturelles : ce teck, d’une qualité bien meilleure au teck de plantation, est très recherché par les importateurs pour la fabrication de meubles de jardins ou la réalisation de ponts de bateaux de plaisance.

Le commerce de teck de Birmanie est entièrement aux mains de la junte au pouvoir : « Acheter du teck de Birmanie, c’est acheter des armes pour opprimer davantage le peuple birman. Le lien entre commerce du bois et le renforcement du pouvoir militaire est clair et parfaitement documenté » explique Sylvain Angerand, chargé de campagne Forêt aux Amis de la Terre. «  La violente répression des manifestations pacifistes doit pousser les importateurs de teck de Birmanie à cesser l’hypocrisie et à reconnaître leur responsabilité dans le maintien de la junte au pouvoir » poursuit-il.

Aujourd’hui, une entreprise qui importe et commercialise du teck de Birmanie peut parfaitement être signataire de la Charte Environnementale créée par la fédération des importateurs de bois exotiques (Le Commerce du Bois) et vanter à ses clients son engagement dans le développement durable : « Il s’agit d’un scandaleux verdissement de façade, ce qui est d’autant plus dommage que certaines entreprises font vraiment des efforts. Nous avons donc écrit au Commerce du Bois pour demander à ce que cesse les importations de teck de Birmanie  » s’indigne Sylvain Angerand .

Rédigé le