Les Européens contraints de conduire avec plus d’agrocarburants qui détruisent les forêts tropicales

Bruxelles, Paris, le 10 septembre 2013 - Les automobilistes européens sont contraints de remplir leur réservoir avec une part croissante d’huile de palme détruisant la forêt tropicale, et les nouveaux chiffres publiés hier montrent que la dépendance envers les agrocarburants controversés sera amenée à croître encore davantage. Selon ces données, l’utilisation d’huile de palme a augmenté plus que prévu et compte désormais pour 20 % du mélange de biodiesels.

Cette nouvelle analyse [1] arrive quelques jours [2] avant un vote crucial au Parlement européen sur l’avenir de la très controversée politique de promotion des agrocarburants de l’UE. Les Amis de la Terre demandent aux députés européens de mettre un terme à cette politique qui contribue aux changements climatiques, à la déforestation et à l’augmentation des prix alimentaires.

Robbie Blake, chargé de campagne sur les agrocarburants aux Amis de la Terre Europe, déclare : « L’huile de palme nourrit une déforestation massive, la disparition de la faune, des conflits communautaires, et accélère le changement climatique. Il est alarmant de voir que l’utilisation d’huile de palme dans les voitures européennes augmente en flèche, et ne fera qu’augmenter, si les députés européens ne mettent pas un terme au développement des agrocarburants. Les automobilistes sont contraints sans le savoir de faire le plein avec un carburant qui détruit les forêts tropicales, les communautés et le climat ».

Ces nouvelles données montrent que les citoyens européens conduisent avec une quantité d’huile de palme supérieure à ce qui était estimé - l’Europe a augmenté la quantité d’huile de palme utilisée dans les carburants de 365 % sur les 6 dernières années. Bien que la majorité de l’huile de palme utilisée en Europe va dans l’alimentation et les cosmétiques, 80 % de l’augmentation est due à la demande en agrocarburants.

L’augmentation arrive malgré les alertes répétées sur la non durabilité d’une plus grande consommation d’huile de palme. Les biodiesels incorporant de l’huile de palme sont considérés comme les agrocarburants les plus préjudiciables du marché européen. Ils conduisent à la déforestation rapide de l’Asie du Sud-Est et à l’émission d’importantes quantités de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. L’extension des plantations de palmier à huile est à l’origine des centaines de conflits fonciers entre les communautés et les entreprises d’huile de palme [3]

Lorsque les automobilistes conduisent avec du biodiesel d’huile de palme, l’empreinte carbone est pire qu’en cas d’utilisation d’un diesel normal, principalement en raison de l’impact du changement indirect d’usage des sols (CIUS).[4]

Nur Hidayati, directeur des campagnes à WALHI/Amis de la Terre Indonésie, déclare : « Les organisations de la société civile des pays du Sud ont regardé le développement de la politique européenne sur les agrocarburants avec anxiété. L’énorme augmentation de sa demande en huile de palme intensifie la déforestation, les accaparements de terre et les conflits en Indonésie. La demande en agrocarburants doit être plafonnée et réduite ou alors l’Europe ne va qu’accroître les problèmes des populations indonésiennes affectées par l’expansion de l’huile de palme ».

A moins que les députés décident de limiter la demande en agrocarburants, la dépendance de l’UE vis-à-vis de l’huile de palme ne fera qu’augmenter jusqu’à atteindre les objectifs pour 2020 [5]. Selon les résultats, la production de biodiesels à partir des cultures européennes va rester stable pendant que l’utilisation d’huile de palme dans les biodiesels augmentera d’encore 40 %.


Lire le rapport complet (en anglais) La politique de l’UE sur les agrocarburants et l’huile de palme : couper les subventions ou couper les forêts tropicales ? THE EU BIOFUEL POLICY AND PALM OIL : CUTTING SUBSIDIES OR CUTTING RAINFOREST ? International Institute for Sustainable Development (IISD), for Friends of the Earth Europe. www.foeeurope.org/IISD-EU-biofuel-policy-palm-oil-090913
Voir ci-dessous Résultats principaux.
[2] Vote lors de la séance plénière du Parlement européen sur la politique de l’UE sur les agrocarburants attendu le 10 ou 11 septembre à Strasbourg (à confirmer). Le débat en plénière au Parlement européen a eu lieu hier lundi 9 septembre à Strasbourg, France.
[3] ADDRESSING THE IMPACTS OF THE EU’S AGROFUELS POLICIES ON INDONESIA. 2013 Briefing paper by Down To Earth, 11.11.11, Friends of the Earth Europe, Watch Indonesia, Sawit Watch, Walhi, Misereor. www.foeeurope.org/sites/default/files/impacts_eu_agrofuels_indonesia_briefing_sep13.pdf
[4] Les « changements indirects d’usages des sols » (CIUS) se produisent lorsque la terre qui serait normalement utilisée pour nourrir la population et le bétail est utilisée pour satisfaire la demande croissante en agrocarburants. De nouvelles terres doivent être labourées ailleurs pour nourrir la population et le bétail, ce qui détruit des écosystèmes vitaux et des puits de carbone comme les forêts, tourbières, un processus qui dégage des millions de tonnes d’émissions et accélère le changement climatique. Cette réalité sape les bénéfices environnementaux promis par la politique européenne sur les agrocarburants.
[5] D’après un sondage d’opinion indépendant en Allemagne le lundi 2 septembre 2013, 78 % des citoyens allemands veulent pouvoir décider de remplir leur réservoir d’agrocarburants ou non, et 71 % sont opposés au soutien financier et politique aux agrocarburants. www.bund.net/nc/presse/pressemitteilungen/detail/artikel/forsa-mehrheit-der-deutschen-gegen-biosprit-foerderung-und-beimischungszwang-bund-fordert-von-eu-1/

***

Résultats principaux :

- L’utilisation d’huile de palme dans les agrocarburants en UE est plus haute que prévue, selon Oil World data : - 20 % des biodiesels produits en Europe le sont à partir des importations d’huile de palme palme - plus une quantité importante de biodiesel déjà transformés importés en Europe contient également de l’huile de palme. - Les estimations précédentes étaient 12 %-13 % (2007-2009) http://ec.europa.eu/energy/renewables/studies/doc/biofuels/2011_biofuels_baseline_2008.pdf

- L’UE est un des plus grands consommateurs mondial d’huile de palme, avec 12-15 % du marché mondial.

- L’UE consomme 40 % d’huile de palme de plus (pour la nourriture, les carburants et les cosmétiques) aujourd’hui comparé à il y a 6 ans, malgré les alertes continues sur la non-durabilité de l’expansion de l’huile de palme et les campagnes accrocheuses des ONG.

- 80 % de l’augmentation de l’utilisation de l’huile de palme par l’UE est due aux agrocarburants : les importations d’huile de palme pour les agrocarburants ont augmenté de 365 % entre 2006 et 2012.

- les agrocarburants européens dépendent de plus en plus de l’huile de palme : - de 8 % de agrocarburants en 2006 à 20 % en 2012.

- Europe ne peut pas répondre à sa propre demande en matières premières pour les agrocarburants - le secteur des biodiesel en UE a dû augmenter sa dépendance à l’huile de palme.

- La production d’huile de colza de l’UE a augmenté de plus de 5 million de tonnes entre 2006 et 2009 ; mais ça ne suffira pas à répondre à la demande en biocarburants et elle est prévue d’être stable.

- Une demande supplémentaire en agrocarburants, si les objectifs continuent de croître, sera probablement satisfaite avec de plus en plus d’huile de palme : - A moins que le Parlement européen ne vote cette semaine un plafond sur les agrocarburants basés sur les récoltes et ne prennent en compte la totalité des émissions carbone des agrocarburants croissants, la demande en biodiesel de l’UE pourrait doubler d’ici 2020 ; le biodiesel produit en Europe à partir des importations d’huile de palme pourrait augmenter d’encore 40 % (soit 1 million tonnes supplémentaire d’huile de palme). - En complément, l’UE importera des quantités croissantes de biodiesel déjà transformés, dont 30-50 % sera fait d’huile de palme.

(c) Lode Sadaine, Foe Europe.

Rédigé le