Les banques européennes nourrissent la volatilité des prix alimentaires et la faim dans le monde

Paris, le 12 janvier 2012 - Les Amis de la Terre Europe publient aujourd’hui un nouveau rapport qui démontre que les banques, compagnies d’assurance et fonds de pension européens (parmi lesquels on trouve les français BNP Paribas, Société Générale, Crédit Agricole et AXA) accroissent la faim dans le monde et la pauvreté en spéculant sur les prix alimentaires et en finançant l’accaparement des terres agricoles dans les pays pauvres.(1)

Le rapport analyse les activités de 29 banques, compagnies d’assurance et fonds de pension européens, incluant les français BNP Paribas, AXA, Crédit Agricole et Société Générale. Il révèle l’implication significative de ces institutions financières dans la spéculation alimentaire, et le financement direct ou indirect de l’accaparement des terres. Des associations environnementales et de solidarité internationale demandent une stricte régulation afin de maitriser ces activités désastreuses.

Juliette Renaud, chargée de campagne sur la Responsabilité des acteurs financiers aux Amis de la Terre France dénonce : "La spéculation alimentaire et le financement de l’accaparement des terres mènent tout droit à une instabilité catastrophique des prix des denrées alimentaires, plongeant des millions de personnes dans la pauvreté et la faim. Les banques, les compagnies d’assurance et les fonds de pension européens qui spéculent sur les prix alimentaires et avec les terres jouent avec la vie des populations et en retirent d’énormes profits.".

Les nouvelles règles de la Commission Européenne pour améliorer la transparence dans les marches de matières premières (2) constituent un premier pas dans la bonne direction, mais les oublis et les failles de ces textes doivent être combles. Le rapport ’ Récolter l’argent ’ recommande une série de mesures clés pour réguler les marches financiers européens et resserrer les politiques concernant les services financiers et les investissements dans les produits dérivés de matières premières alimentaires et les transactions de terres agricoles.

Yann Louvel, référent de la campagne Responsabilité des acteurs financiers aux Amis de la Terre France, précise : "2012 offre une grande occasion pour que l’Europe stoppe les désastres sociaux et environnementaux provoqués par les marchés financiers. Les politiques doivent intervenir et mettre fin à la spéculation excessive et nuisible".

La spéculation alimentaire, avec ces milliards d’euros se déversant puis sortant de produits financiers basés sur les denrées alimentaires, produit une volatilité des prix. Ces changements brusques et imprévisibles de prix touchent les plus les plus vulnérables, menaçant leur droit à l’alimentation, et rendant encore plus difficile le maintien d’un salaire pour les agriculteurs - créant de l’instabilité, de la faim et de la pauvreté. L’accaparement des terres, qui suit les investissements directs et indirects dans les terres agricoles par les grandes institutions financières européennes, signifie que des entreprises européennes s’approprient des terres, de plus en plus en Afrique, aux dépens des modes de vie locaux et de la souveraineté alimentaire, causant souvent au passage une dévastation environnementale en changeant l’affectation des sols.

Les Amis de la Terre demandent aux institutions financières de rechercher, de rendre public et de réduire leur implication dans la spéculation alimentaire et dans les investissements dans les terres agricoles. Les banques, compagnies d’assurance et fonds de pension doivent se débarrasser et refuser de spéculer sur des produits financiers fondés sur des aliments de base, qui menacent le droit alimentaire. L’Union européenne doit au plus tôt réglementer strictement le rôle de la finance dans le secteur agricole pour mettre fin à ces pratiques nocives.

Contact presse : Caroline Prak : + 33 1 48 91 18 96 / + 33 6 86 41 53 43

*** Notes : [1] Le rapport complet : Récolter l’argent : comment les banques européennes et la finance privée profitent de la spéculation alimentaire et de l’accaparement des terres est publié par les Amis de la Terre Europe, en collaboration avec BankTrack, WEED, CRBM, World Development Movement, Corporate Europe Observatory, CNCD, SETEM et les Amis de la Terre France. Pour le télécharger (en anglais), cliquez ici. [2] Le 20 octobre 2011, la Commission européenne a publié ses propositions pour réviser la directive MiFID et une nouvelle régulation (MiFIR). Pour les télécharger (disponible en français), cliquez ici.

Rédigé le