Ressources et médias

Rester informé


Les grands barrages, des projets destructeurs et ruineux

Après une période de déclin, les investisseurs publics et privés manifestent depuis 2000 un regain d’attrait pour les grands barrages hydroélectriques.

Institutions financières internationales comme la Banque mondiale ou la Banque européenne d’investissement, banques et entreprises privées des pays du Nord, se ruent sur les fleuves et rivières des pays du Sud pour « aider au développement ». Quelles sont les raisons de cet engouement, et quels en sont les impacts réels sur l’environnement et les communautés concernées ?

Un choix calamiteux pour le climat et pour l’environnement

Les grands barrages sont présentés par leurs promoteurs comme des projets « verts » de production d’énergie renouvelable. La réalité est tout autre. Leur construction crée d’immenses retenues d’eau qui submergent des terres cultivées ou des forêts, naturellement riches en matières organiques.

La décomposition de ces matières dans les réservoirs libère de grandes quantités de gaz à effet de serre (notamment du méthane et du protoxyde d’azote, respectivement 25 et 300 fois plus puissants que le CO2). Loin d’aider à lutter contre le changement climatique, la construction de grands barrages l’accélère.

Les grands barrages constituent aussi un bouleversement majeur du fonctionnement des cours d’eau et des écosystèmes. Ils participent à la disparition de nombreuses espèces animales et végétales. Pour beaucoup de communautés qui dépendent fortement de leur environnement pour vivre, les impacts sont très lourds : diminution des terres fertiles et des stocks de poisson, baisse de la qualité de l’eau ou encore déforestation.

De plus, les retenues d’eau constituent un terrain propice à l’apparition de maladies telles que la dengue et le paludisme. Ces effets cumulés réduisent considérablement les possibilités de subsistance des populations locales.

Quelques chiffres sur les grands barrages

- 52 000
C’est le nombre de grands barrages dans le monde. Les grands barrages ont une hauteur de 15 m ou plus à partir de la fondation et un réservoir supérieur à 3 millions de m3.

- 4 %
C’est au minimum la part de responsabilité des grands barrages dans les émissions mondiales de gaz à effet de serre (soit plus que le secteur aérien).

- 60 %
C’est le pourcentage de rivières et de fleuves dont le fonctionnement est gravement altéré par les grands barrages dans le monde.

- Entre 40 et 80 millions _ C’est le nombre de personnes déplacées suite à la construction des grands barrages dans le monde au cours du XXe siècle.

- Environ 140 € euros
C’est le montant que prête chaque année la Banque européenne d’investissement au nom de chaque citoyen européen.

- 472 millions
C’est dans le monde, le nombre de personnes affectées par les impacts en aval des grands barrages

Rédigé le