Ressources et médias

Rester informé


Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt - Vers une nouvelle guerre de l’ortie ?

cyberaction mise en ligne le jeudi 10 octobre 2013

Cette cyberaction est lancée en partenariat avec : ASPRO-PNPP Elle sera envoyée à : Germinal PEIRO Rapporteur du projet de loi, Daniel RAOUL Président de la commission des affaires économiques au Sénat, Stéphane LE FOLL Ministre de l’agriculture de l’agroalimentaire et de la forêt et à votre député à vos sénateurs. Elle prendra fin le : vendredi 31 janvier 2014.

Après la droite, la gauche maintiendra-t-elle l’interdit du « Purin d’Ortie et du Vinaigre Blanc ? »

Nous pouvons, Vous pouvez agir MAINTENANT _« Loi d’Avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt » LAAF

La présentation de ce projet de Loi, dans les principes généraux, évoque l’accès à une alimentation sûre, sans objectif précis sur la réduction des pesticides.

Depuis des années, l’utilisation des pesticides en agriculture fait débat. Le Rapport, sans concessions, de la Mission Pesticide du Sénat, a été salué par tout le monde y compris le Ministre de l’Agriculture.
La LAAF doit enfin acter du désastre sanitaire lié aux pesticides et avoir la volonté de permettre de véritables avancées pour inverser la tendance.
La LAAF, dans son article 21, parle « d’économie » des pesticides (phytopharmaceutiques pour rassurer) et s’en remet au secteur de la distribution. Autant confier la garde du troupeau au loup lui-même.
Alors que tout le monde en parle depuis la loi d’orientation agricole de 2006 à travers ‘Le Purin d’Ortie’ ou ‘le vinaigre blanc’ notamment, curieusement, le projet de loi ignore les Préparations Naturelles Peu Préoccupantes(PNPP), véritables alternatives aux pesticides.

C’est enfin l’occasion de donner le choix aux jardiniers, aux collectivités locales et aux agriculteurs de produire sans pesticides ou avec moins de pesticides.
C’est une attente de plus en plus affirmée par les usagers d’espaces publics et par les consommateurs.
Mais cette réduction est-elle encore un objectif pour le gouvernement ? Un litre de vinaigre permet de protéger les semences d’un hectare de céréales contre la carie, sans utiliser des fongicides chimiques, mais la réglementation actuelle l’interdit, et le projet de LAAF n’y change rien.
Pourquoi exiger une inscription sur une liste européenne, dossier toxicologiques et écotoxicologiques* à la clé, pour en autoriser l’usage ?
Cette mesure est déraisonnable, insensée et indéfendable. L’Espagne considère les PNPP, comme des moyens de protection phytosanitaires autres que les produits phytopharmaceutiques (pesticides), avec une réglementation spécifique bien plus souple et adaptée à leur caractère « peu préoccupant » et persiste à défendre son choix devant la Commission Européenne.
Pourquoi le Ministère de l’Agriculture Français refuse-t-il cette possibilité ? A qui profite le blocage des alternatives aux pesticides ?

Signez la cyberaction pour que la LAAF considère que « Les Préparations Naturelles Peu Préoccupantes ne soient pas classées dans la catégorie des produits phytopharmaceutiques soumis à AMM », ceci rendra de facto les PNPP, du domaine public, utilisables de suite. Cette disposition simple à mettre en œuvre, pas coûteuse contribuerait de manière évidente à la réduction des pesticides. http://www.aspro-pnpp.org/textes-de-loi/

Ce projet de loi sera examiné en Conseil des Ministres le 30 octobre, puis discuté en séance publique à l’Assemblée Nationale dès le début du mois de janvier 2014. N’attendez pas. Il n’est pas trop tard.

Plus d’information sur le site Cyberacteurs

Rédigé le