Ressources et médias

Rester informé


NOUVEAU BRIEFING : QUAND LES BANQUES SE PLIENT DEVANT TOTAL

Mardi 17 juillet, Paris. Alors que s’ouvre la consultation publique concernant le projet d’exploration en eaux très profondes par Total au large de la Guyane, les Amis de la Terre France interpellent les banques françaises sur les dangers que fait peser sur le climat et la biodiversité la stratégie de développement de Total dans l’offshore très profond. Dans une nouvelle note de presse publiée en partenariat avec Greenpeace France, les Amis de la Terre appellent les banques à adopter immédiatement une politique d’exclusion et d’engagement avec le secteur.

Entre 2015 et 2017, BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et Natixis ont accordé 502 millions de dollars aux activités pétrolières en offshore très profond de Total (1). Les banques n’ayant à ce jour aucune politique destinée à restreindre leurs financements aux projets et entreprises du secteur, ces financements sont amenés à croître. Car si le pétrole extrait par Total grâce à cette technique représente moins de 1% de la production totale de pétrole, il en constituera près de 22% en 2035 (2).

La note de presse intitulée « La Total des banques françaises » (3) expose le double discours de Total en matière climatique. Total reconnaît dans son document « Intégrer le climat à notre stratégie », que la part du pétrole dans le mix énergétique mondial devrait passer de 31% à 25% d’ici à 2035 d’après le scénario 2°C de l’Agence Internationale de l’Energie. Mais une analyse des données Rystad révèle que le groupe prévoit une augmentation de 26% de sa production totale de pétrole et de 3665% de sa production de pétrole en eaux très profondes entre 2015 et 2035.

Lucie Pinson, référente de la campagne Finance privée des Amis de la Terre France, commente : “Ces chiffres donnent le vertige et sont très effrayants. Derrière l’hypocrisie de Total se cache une stratégie business qui nous mène tout droit à un réchauffement de +4°C. Aujourd’hui, aucune des politiques adoptées par les banques sur les énergies fossiles ne couvre l’offshore très profond ni les majors gazières et pétrolières. Alors que notre budget carbone ne permet pas d’ouvrir de nouveaux gisement d’énergies fossiles, il est urgent que les banques montent enfin au créneau face à ces entreprises qui mettent en péril notre avenir”.

Florence de Bonnafos, chargée de campagne Finances à Greenpeace France ajoute : “Les banques ne doivent pas êtres dupes. Si Total peint l’offshore très profond comme une “aventure humaine, technologique et industrielle exceptionnelle”, les risques sociaux, environnementaux et économiques, tels que ceux de ses projets Guyane Maritime et Foz do Amazonas au large du Brésil, dépeignent une réalité bien plus sombre du secteur pour les travailleurs, la biodiversité marine et même pour les investisseurs”.

Les ONG appellent les banques à adopter une politique excluant tout financement dédié aux activités pétrolières en offshore très profond et à définir une stratégie d’engagement robuste auprès des majors gazières et pétrolières. Total, comme BP, Shell et Statoil, fait partie des entreprises du secteur énergétique concernées par l’initiative d’engagement Climate Action 100+ lancée au One Planet Summit en décembre 2018. Pour les Amis de la Terre France et Greenpeace France, cet engagement doit notamment être conditionné à l’arrêt immédiat de tout nouveau projet de forage en eaux très profondes et à la publication en l’espace de deux ans d’un plan d’action d’alignement avec les objectifs de l’Accord de Paris.

(1) Les données financières proviennent de Bloomberg Finance L.P., via Rainforest Action Network.
(2) Les données Rystad Energy AS concernant l’exposition pétrolière de Total datent de mai 2018 et ont été fournies aux auteurs par Oil Change International.
(3) Le briefing peut être téléchargé ici

Contacts presse
Lucie Pinson, les Amis de la Terre France, 0679543715, lucie.pinson@amisdelaterre.org
Cécile Génot, Greenpeace France, 06 30 23 52 78, cecile.genot@greenpeace.org

À télécharger...

Rédigé le