Ni résignés ni effrayés : des milliers de personnes pour la justice climatique et la paix

Montreuil, le 29 novembre 2015 - A la veille de l’ouverture de la COP21 et malgré les interdictions du gouvernement, des milliers de personnes, dont 10 000 à Paris, sont descendues dans la rue pour exiger la justice climatique. Pour les Amis de la Terre France, présents dans de nombreuses mobilisations en France et dans la chaîne parisienne, cette mobilisation est le signe encourageant de la détermination des citoyens.

A Paris, entre la station Oberkampf et la place de la Nation, 10 000 personnes ont formé une chaîne humaine sur les trottoirs sous le signe d’un « climat de paix ». Des regroupements thématiques ont permis de rendre visibles les racines et la richesse de l’histoire de notre mouvement pour la justice climatique à travers différents chapitres : nature en danger, communautés menacées, responsables clairement identifiés mais aussi solutions qui ne demandent qu’a être amplifiées.

En régions, plus d’une trentaine de villes se sont mobilisées (Nantes, Rennes, Caen, Marseille, ou encore Chambéry). Ces mobilisations viennent s’ajouter aux 2500 événements qui ont eu lieu depuis vendredi partout dans le monde : vélorutions, concerts, marches sur tous les continents (Australie, Inde, Mozambique et bien d’autres).

A Paris, les Amis de la Terre France étaient présents dans le chapitre « Responsables » sous la bannière « A qui profite le chaos ? Changeons le système, pas le climat ». « Demain, les chefs d’Etats du monde entier seront à Paris pour négocier un accord supposé être historique pour le climat, dont nous savons déjà qu’il sera insuffisant à résoudre la crise climatique. Les causes profondes du chaos climatique prennent racines dans la course à la surconsommation, qui entraînent toujours plus d’émissions de gaz à effet de serre par l’exploitation des énergies fossiles, l’ouverture de nouvelles mines, l’extension des monocultures au détriment des forêt... Les responsables de cette crise sont identifiés : ce sont les multinationales qui s’accrochent à ce modèle de développement insoutenable et les acteurs financiers qui en tirent profit. » dénonce Florent Compain, président des Amis de la Terre France.

Cette mobilisation intervient dans un contexte d’étouffement des mobilisations citoyennes et d’assignations à résidence de 24 militants climatiques par le gouvernement. « Cette chaîne humaine s’est déroulée dans le calme et prouve que notre détermination ne souffrira aucune interdiction. En muselant la voix de la société civile et en assignant à résidence de nombreux militants pour la justice climatique, la France envoie un signal dramatique à la veille de l’ouverture des négociations sur le climat. Mais nous continuerons nos mobilisations lors de cette deux semaines que dure la COP21 et au-delà, notamment le 12 décembre pour une action de masse inédite dans les rues de Paris placée sous le signe de la justice climatique et de la paix. » affirme Malika Peyraut, des Amis de la Terre France.

  • Contact presse : Pierre Sagot, communication@amisdelaterre.org, 06.86.41.53.43
  • Contact interview : Malika Peyraut, malika.peyraut@amisdelaterre.org, 06 88 48 93 68

Rédigé le