Ressources et médias

Rester informé


Nomination de Samsung aux Prix Pinocchio 2014

La multinationale sud-coréenne Samsung est nominée aux Prix Pinocchio 2014, dans la catégorie "Mains sales, poches pleines", pour les conditions de travail indignes et l’emploi d’enfants dans ses usines en Chine.
Retrouvez ici le texte de nomination, nos échanges avec l’entreprise, ainsi que le lien direct pour voter pour ce cas sur le site des Prix Pinocchio. Vous pouvez également envoyer un message à Samsung depuis la page de cyberaction.

Naturellement, Les Amis de la Terre France informent les entreprises de leur nomination avant que celle-ci soit rendue publique.
Un des objectifs de ces prix est de faire réagir les entreprises autour des enjeux soulevés.
Par souci de transparence, nous publions les échanges avec les entreprises.

Pour l’instant, nous n’avons reçu aucune réaction de Samsung suite à leur nomination.


Texte de nomination de Samsung, dans la catégorie "Mains sales, poches pleines"

Samsung : des mobiles pas très "smart"

Samsung est un leader des high-tech, toujours en pointe de l’innovation. Croirez-vous que la multinationale coréenne fait fabriquer ses produits en Chine dans des conditions indignes, y compris par des enfants ?

Une série d’enquêtes, menées depuis 2012 dans des usines chinoises, a révélé les conditions indignes dans lesquelles travaillent les ouvrières et ouvriers qui fabriquent les « smartphones » et autres produits star pour Samsung.

Outre les salaires de misère, les heures de travail excessives (jusqu’à 16h par jour), et les risques pour la santé et la sécurité du personnel, les enquêteurs témoignent de la présence de mineurs de moins de 16 ans sur les lignes de production, ce qui contrevient à la législation locale [1].

Des révélations auxquelles Samsung – qui prétend être « une société citoyenne » et « socialement responsable » – oppose son engagement à respecter et faire respecter par ses fournisseurs les plus hauts standards en matière de respect des droits des travailleurs et des travailleuses, et sa politique de « tolérance zéro » à l’égard du travail des enfants.

Dans son rapport développement durable publié en juin cette année, et sobrement intitulé « Harmonie globale » [2], Samsung dit avoir vérifié les conditions de travail chez 200 de ses fournisseurs en 2013 et n’avoir détecté « aucun cas de travail d’enfants ».

Au même moment, toutefois, une enquête indépendante menée en juillet 2014 par une ONG [3] dans l’une de ces usines, Shinyang, a permis de révéler encore une fois que plusieurs mineurs y étaient employés sans contrat de travail, soumis à des journées de 11 heures et sous-payés. Une preuve supplémentaire que les audits et autres contrôles d’usines commandités par les entreprises donneuses d’ordres elles-mêmes, sont inefficaces.

Force est de constater que Samsung consacre des moyens énormes à sa publicité mais derrière ses déclarations, ne fait pas grand chose pour améliorer concrètement la situation des ouvriers et ouvrières chinoises. Une plainte est d‘ailleurs en cours d’instruction en France [4] pour déterminer si la communication de Samsung sur sa « responsabilité sociale » (code de conduite, rapport développement durable, etc.) ne s’apparente pas purement et simplement à une tromperie commerciale.

En savoir plus :
[1] Appel urgent de Peuples Solidaires du 26 février 2013
[2] Rapport développement durable 2014 de Samsung et « Valeurs et philosophie » de Samsung
[3] Rapports d’enquête du China Labor Watch sur Samsung et le dernier de juillet 2014
[4] Ouverture d’une enquête préliminaire, suite à la plainte déposée par Peuples Solidaires, Sherpa et Indecosa-CGT contre Samsung France.

En savoir +

Pour en savoir plus et voter pour Samsung sur le site des Prix Pinocchio, cliquez ici.

Pour envoyer un message à Samsung, pour lui demander de changer ses pratiques, rendez-vous sur la page de cyberaction des Prix Pinocchio.

Lire l’article de nos partenaires média l’Observatoire des Multinationales "Travail des enfants : le grand écart de Samsung entre les discours et la réalité" et Basta ! "Travail des enfants : Samsung pris au piège de ses beaux discours".

Crédit photo : China Labor Watch - Ouvriers de l’usine HEG Electronics, travaillant pour Samsung (Chine)

Rédigé le