Ressources et médias

Rester informé


Parc d’activité des Epineaux à Frépillon : une gestion incohérente du territoire

Ce projet est parfaitement symptomatique d’une gestion du territoire menée par le petit bout de la lorgnette. Il met en exergue l’urgence d’une vrai gouvernance du territoire au niveau départemental voire régional.

Ca y est la Communauté de Communes de la Vallée de l’Oise et des Impressionistes (CCVOI) tient sa ZAD (Zone d’aménagement différée) économique et elle n’en est pas peu fière : 46 ha d’un seul tenant. La plaquette promotionnelle fait l’étalage des bienfaits supposés du projet mais révèle surtout une vision de l’aménagement du territoire à courte vue dans laquelle les zones agricoles et naturelles ne sont que des réserves foncières :

  • "Il est vrai que l’on voit tous des locaux d’activité vides, notamment à SaintOuen l’Aumône. La raison en est qu’ils sont devenus techniquement dépassés, physiquement inadaptés et nécessitent des investissements très lourds." Conclusion : plutôt que de réutiliser de l’existant à quelques centaines de mètres de là (mais sur l’intercommunalité voisine), fabriquons du neuf. Le concept de la zone d’activité jetable vient d’être officialisée !
  • "A ce jour un peu plus de 5 ha sont pré-commercialisés". C’est dire l’intérêt qu’a suscité cette zone sachant qu’elle est dans les cartons depuis plus de 5 ans.
  • Une zone qui s’étale sans aucune notion d’économie de l’espace : "Après aménagement, les 46 ha d’origine généreront 28 ha de surface à céder à des entreprises... Les 18 ha d’écart constitueront des routes de desserte mais aussi, surtout, des espaces tampons végétalisés. L’emprise des voiries, largement dimensionnée (16 à 17 m) comprendra des pistes cyclables et des bandes végétalisées..."

Il est vrai qu’une autre publication de la CCVOI donne une finalité différente à la future zone : "Les noues et le bassin des eaux pluviales deviennent un véritable lieu de balade et de vie." Plutôt que de se promener dans la campagne, promenons dans le Parc d’activité !

Ce gâchis avait pourtant été dénoncé il y a plus d’un an par la commune de Méry qui mettait fortement en doute les perspectives économiques du parc. Las, elle est malheureusement rentrée dans le rang.

A quand une vision cohérente de l’aménagement de nos territoires ?

Rédigé le