Ressources et médias

Rester informé


Participation à la chaîne humaine pour la sortie du nucléaire

Le 9 mars 2013, deux ans après le début de la catastrophe de Fukushima, avait lieu à Paris une grande chaîne humaine pour l’arrêt du nucléaire civil et militaire. Trois membres des Amis de la terre Côte-d’Or y étaient.

Le 9 mars, plusieurs dizaines de dijonnais sont allé à Paris participer à la grande chaîne humaine pour l’arrêt du nucléaire civil et militaire. Tandis qu’un certains nombre avaient opté pour le train, un des membres des Amis de la Terre Côte-d’Or avait organisé toute la logistique pour un déplacement en car à partir de Dijon.

Le communiqué du Réseau Sortir du Nucléaire, initiateur de cette manifestation :

"La transition énergétique, c’est l’arrêt du nucléaire !

Alors que les probabilités d’accident nucléaire en France sont alarmantes, nos dirigeants se refusent à changer le cap de la politique énergétique de notre pays. Fessenheim n’est toujours pas arrêtée, la construction de l’EPR se poursuit, le renouvellement du parc nucléaire se prépare et le virage vers la sobriété et les alternatives est loin d’être à l’ordre du jour. Seul "changement" : un discours vidé de sens sur la transition énergétique !

Aujourd’hui, nous encerclons les ministères, l’Assemblée Nationale, les sièges d’EDF et d’Areva, tous ces lieux où se prennent les décisions sur le nucléaire, de façon opaque et au mépris des populations. Nous exigeons avec fermeté et détermination de reprendre en main ces choix qui nous appartiennent. Nous voulons l’arrêt du nucléaire civil et militaire, nous voulons une vraie transition énergétique maintenant !" Ainsi, nous avons fait un voyage aller-retour dans la journée en compagnie de diverses associations, partis politiques et individuels, ce qui a permit d’alimenter des discussions sur le nucléaire et son arrêt.


Chaine humaine contre le nucléaire

La vidéo d’un des membres des Amis de la Terre Côte-d’Or. Le lieu de rendez-vous était donné devant la gare de Lyon. De là, nous avons rejoint le bâtiment de l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire). Puis nous avons rejoint la place de la Bastille pour écouter une partie du concert.

Rédigé le