Ressources et médias

Rester informé


People Power Action - Tous à Paris les 11 et 12 décembre !

People power action, c’est le nom de l’action du 11 décembre de la Fédération internationale des Amis de la Terre à Paris, qui se tiendra à la fin de la COP. C’est avant tout l’identité même des Amis de la Terre qui est mise en avant ici et c’est aussi et bien sûr un mode de fonctionnement qui caractérise nos actions. La solution est en nous, c’est nous qui avons le pouvoir de changer le système. Les Amis de la Terre sont un outil, un outil au service des luttes, un outil qui a la capacité de coordonner nos actions individuelles pour obtenir des victoires. Être aux Amis de la Terre, ça a du sens. Chacun à son niveau, à son échelle participe aux victoires que nous obtenons, du simple adhérent au militant actif.

Depuis 10 ans, nous travaillons sur les banques et leurs investissements dans les énergies fossiles et fissiles. Ce dossier est central, car sans argent, tous ces projets destructeurs ne peuvent exister. L’année dernière, c’est le projet de centrale nucléaire à Kaliningrad que nous participions à faire tomber en concentrant nos efforts en direction de la société générale, après avoir obtenu l’engagement de la BNP et du Crédit Agricole de ne pas s’y engager. Cette année, notre action a visé le charbon via les projets de centrales, de mines et d’infrastructures et encore une fois, nos victoires ont été nombreuses. Après la grande victoire contre l‘une des 10 plus grandes bombes climatiques au monde, « Alpha Coal », c’est l’engagement des trois grandes banques françaises à ne plus financer aucun projet dans le bassin de Galilée que nous avons obtenu. Cette Baleine, vous l’aurez compris comporte un dossier sur banques et climat. Le classement des banques établi par les Amis de la Terre vous aidera quant à lui à choisir une banque qui ne finance ni la destruction du climat, ni le nucléaire. Vous pourrez ainsi rejoindre tous ceux qui, le 10 octobre, ont changé de banque pour la Nef par exemple. La Nef, seule banque qui apporte ces garanties et une totale transparence dans ces investissements.

Le deuxième numéro de cette nouvelle Baleine précède un numéro que vous recevrez pour la fin du mois, spécial COP. La COP, conférence de l’ONU sur le climat est au cœur de toutes les discussions et de tous les appels à mobilisation cette année.
Pourquoi se mobiliser ? C’est la question que tout le monde est en droit de se poser. On le sait déjà, l’accord qui se dessine à Paris en décembre ne sera pas à la hauteur des enjeux, alors pourquoi y mettre autant d’énergie et de moyens ? La réponse est claire, parce que la COP n’est pas un objectif, mais un moyen. Un moyen de créer un mouvement de masse propre à renverser le rapport de force. Après l’immense succès des Alternatiba (des villages des alternatives au tour tandem) ce sont plus de 500 000 personnes qui ont été sensibilisées à l’urgence climatique et aux alternatives concrètes. Partout, les initiatives de transition se multiplient, mais on le sait aussi, cela ne suffit pas non plus.

Il faut maintenant que la majorité prenne véritablement conscience de ce qui est en train de se jouer. Le message doit être clair et traduire l’anormalité de la situation actuelle. C’est pour cela qu’il faut se mobiliser à la fin de la COP et dénoncer le subterfuge. C’est pour cela que les formes d’actions doivent se radicaliser et s’inscrire dans un cadre totalement non-violent, et faisant la part belle à la désobéissance civile. Les Amis de la Terre appellent toutes et tous à s’engager dans un processus appelé « actions non-violentes COP 21 », qui vise à mener la lutte pour la justice climatique avant, pendant et après la COP21. Il y a aussi des batailles à gagner dans cette COP, alors mobilisons nous ! Que ce soit le mur du climat ou le mur des ressources, notre société y va tout droit. Il est de notre responsabilité de nous engager massivement dans ce combat.

De résistances en désobéissances, alternativez-vous

Florent COMPAIN, Président des Amis de la Terre

Rédigé le