Performance énergétique des bâtiments : la France mise en garde par l’Europe

A la veille du Grenelle de l’environnement, la France, ainsi que la Lettonie, se fait remonter les bretelles par la Commission européenne. Les deux Etats devaient appliquer les mesures exigées par la directive sur la performance énergétique des bâtiments de 2002 avant le 4 janvier 2006. La directive exige que les Etats membres établissent des normes minimales et des systèmes de certification de la performance énergétique des bâtiments, et veillent à ce que les installations de chauffage et de climatisation soient régulièrement inspectées.

Le secteur du bâtiment représente 43 % des consommations énergétiques françaises et 40 % des consommations européennes. La mise en place d’un programme fort de rénovation dans le bâtiment représente, à n’en pas douter, l’un des moyens les plus efficaces de lutte contre le changement climatique. En outre, il créerait 100 000 emplois supplémentaires dans le bâtiment et aiderait à combattre la précarité énergétique.

Au deuxième semestre 2008, alors que la Présidence européenne sera française, la directive sur la performance énergétique des bâtiments devra être révisée. Il serait donc pertinent que la France, qui se targue d’être à la pointe de la lutte contre le changement climatique, montre l’exemple en instaurant une législation ambitieuse pour la rénovation thermique des bâtiments.

Cyrielle den Hartigh, chargée de campagne climat aux Amis de la Terre, précise : « Les membres du Gouvernement français ont beaucoup parlé de l’enjeu de la rénovation thermique lors du Grenelle de l’environnement. Ils doivent maintenant se saisir des propositions ambitieuses émises par une majorité de membres des ateliers de travail pour réduire rapidement les émissions de gaz à effet de serre du bâtiment (1) . Alors que les acteurs concernés (professionnels, banques, agences publiques, associations de consommateurs, ONG environnementales) sont prêts à se lancer dans un plan ambitieux de rénovation thermique, le Gouvernement ne doit pas discréditer leur travail par frilosité ! ».

Contact presse : Caroline Prak, 06 86 41 53 43

(1) Notamment le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), l’association négaWatt, les Amis de la Terre, les représentants des professionnels du bâtiment (FFB, CAPEB, …). Les documents sont visibles sur le site www.legrenelle-environnement.fr

Rédigé le