Pour la Saint-Valentin, rompez avec votre banque !

Montreuil – Samedi 14 février 2015 - Nous mangeons bio et local, nous nous déplaçons à bicyclette, notre maison est alimentée par Enercoop, et si la prochaine étape était de changer de banque (1) ? Déjà bien connues pour leur présence dans les paradis fiscaux, leur spéculation sur les marchés financiers agricoles/, les banques françaises financent aussi massivement les énergies fossiles (2). En ces journées internationales du désinvestissement des énergies fossiles et de la Saint-Valentin, les Amis de la Terre appellent les clients des grandes banques françaises à s’assurer que leur argent ne contribue pas aux changements climatiques et à se tourner vers les établissements vraiment éthiques comme la Nef.

« Les grandes banques françaises ne lésinent pas sur les moyens pour gagner la confiance de leurs clients. A les écouter, elles ne participent pas seulement à la transition énergétique mais ont fait de la lutte contre les changements climatiques leur priorité » (3) déclare Lucie Pinson, chargée de campagne Banques privées / Coface aux Amis de la Terre. Les banques ont intensifié ces dernières années leur marketing vert destiné à promouvoir une image « responsable » auprès du grand public. Alors que la France accueillera la conférence des Nations unies sur le climat en décembre 2015, les Amis de la Terre dénoncent ce greenwashing et appellent les clients des grandes banques à interpeller leur établissement bancaire sur l’usage fait de leur argent et à les quitter pour des initiatives éthiques comme la Nef.

Car, sous le vernis des discours écologiques se cachent des soutiens aux énergies fossiles qui ne semblent pas diminuer : « les soutiens des banques au charbon suivent la même courbe que leur enthousiasme à se vanter de leur activité verte : ils ont clairement augmenté entre 2005 et 2013, de 212 % précisément. Et pour de plus en plus de clients, il n’est plus acceptable que leur argent serve à financer les changements climatiques. Ils décident donc de changer de banque pour des établissements plus éthiques » poursuit Lucie Pinson.

Un problème majeur apparaît : l’absence de transparence des banques sur les activités qu’elles financent. Elles ne sont pas obligées de publier leurs financements dans le secteur énergétique ni leurs émissions financées. « En attendant que le gouvernement le leur impose, des outils d’information sur les activités des banques existent, comme le site financeresponsable.org des Amis de la Terre. Nous appelons chacun à s’informer sur ce que leur banque fait de leur argent, à exiger la transparence et à faire jouer la concurrence (4) » ajoute Yann Louvel, référent de la campagne Banques privées des Amis de la Terre. Car l’alternative existe : la Nef, devenue banque en 2014, est non seulement absente du secteur des énergies fossiles mais publie aussi l’intégralité des projets qu’elle soutient.

Les clients de la BNP Paribas, de la Société Générale, du Crédit Agricole peuvent leur demander de se retirer des énergies fossiles et les avertir que si elles ne prennent pas des engagements forts dans cette direction, elles risquent de perdre un client. « Des journées collectives de changement de banque sont déjà organisées dans d’autres pays avec un franc succès. En Australie, plus de 1000 personnes ont quitté leur banque le même jour pour protester contre leur soutien aux énergies fossiles. La France accueillera sa première journée du changement de banque à la rentrée 2015 » conclut Lucie Pinson.

Contact presse :
Les Amis de la Terre - Caroline Prak, caroline.prak@amisdelaterre.org - 09 72 43 92 65 - 06 86 41 53 43.

(1) Climat : comment choisir ma banque ?, Amis de la Terre : http://www.amisdelaterre.org/Climat-comment-choisir-ma-banque.html
(2) Charbon : l’argent sale des banques françaises, Amis de la Terre : http://www.amisdelaterre.org/Charbon-l-argent-sale-des-banques.html
(3) Vidéo Votre Banque : son engagement pour le climat : https://www.youtube.com/watch?v=4XItPakULDo&feature=youtu.be
(4) www.financeresponsable.org

Rédigé le