Ressources et médias

Rester informé


Prix Pinocchio - "BNP Paribas, la banque d’un monde qui pollue davantage ?"

La banque française BNP Paribas est nominée aux Prix Pinocchio 2013 dans la catégorie "Plus vert que vert", pour sa publicité sur le financement de la recherche sur le changement climatique.
Basta ! et l’Observatoire des Multinationales, partenaires média des Prix Pinocchio, publient aujourd’hui un article sur ce cas.

« Responsable », mais pas coupable de contribuer au dérèglement climatique ? BNP Paribas s’est engagée depuis quelques mois dans une campagne médiatique visant à soigner son image de banque responsable, soucieuse de l’environnement et du climat. Parallèlement, elle continue imperturbablement à financer des méga-projets fortement émetteurs de gaz à effet de serre, notamment dans le secteur du charbon. Un décalage entre pratiques et discours qui lui vaut aujourd’hui une nomination au Prix Pinocchio 2013.

Campagnes publicitaires, organisation de colloques et de conférences sur le changement climatique, création de quatre think tanks thématiques... « BNP Paribas a sorti l’artillerie lourde en 2013 pour promouvoir son "nouvel engagement de banque responsable" », note l’association écologiste Les Amis de la Terre. Autant d’initiatives qui relèvent, au mieux, d’une logique de mécénat, mais non d’une véritable politique de responsabilité sociétale. Car la première banque française n’a pas fondamentalement changé de pratiques, ni en matière d’éthique et de régulation financière, ni en ce qui concerne la prise en compte de son impact environnemental. BNP Paribas, la banque d’un monde encore plus pollué ?

(...) lire la suite sur le site de l’Observatoire des Multinationales.

Cet article est publié simultanément par Basta !

Pour en savoir plus et voter pour BNP Paribas sur le site des Prix Pinocchio, cliquez ici.

Basta ! et l’Observatoire des Multinationales sont des sites d’informations qui ont besoin du soutien de leurs lecteurs pour poursuivre leur travail en toute indépendance.

Photo : Joe Athialy CC, chantier de Tata (Inde)

Rédigé le