Ressources et médias

Rester informé


Prix Pinocchio - "Les drôles de promesses d’Auchan aux travailleurs bangladais"

La multinationale française Auchan est nominée aux Prix Pinocchio 2013 dans la catégorie "Mains sales, poches pleines !", pour son refus d’indemniser les victimes du drame des usines textiles du Rana Plaza, au Bangladesh.
Basta ! et l’Observatoire des Multinationales, partenaires média des Prix Pinocchio, publient aujourd’hui un article sur ce cas.

Il y a six mois, le Rana Plaza qui hébergeait cinq usines textile s’effondrait, entraînant la mort de 1133 personnes, et davantage encore de blessés. Parmi les marques pour lesquelles les victimes travaillaient : Auchan, qui refuse toujours de participer au fonds d’indemnisation. Ce qui lui vaut d’être nominé dans la catégorie « Mains sales, poches pleines », du prix Pinocchio, décerné par l’association Les Amis de la terre à l’entreprise ayant mené la politique la plus opaque au niveau financier.

Nazma, 21 ans, fait partie des rescapés de l’accident du Rana Plaza. Le 24 avril dernier, jour de l’effondrement de l’immeuble qui a englouti des centaines de personnes, elle était au huitième étage, occupée à confectionner des vêtements pour diverses grandes marques occidentales. Le père de leur tout jeune enfant (né après le drame), a eu moins de chance : juché au dixième étage de l’ édifice, il n’a pas survécu. La jeune femme a touché un peu d’argent grâce à l’association de solidarité internationale ActionAid, et certains de ses frais médicaux ont été rembousés. Elle a aussi eu de quoi payer l’enterrement de son mari. Mais elle attend toujours d’éventuelles indemnités des enseignes occidentales. Pour combien de temps encore ?

(...) lire la suite sur le site de Basta !

Cet article est publié simultanément par l’Observatoire des Multinationales.

Pour en savoir plus et voter pour Auchan sur le site des Prix Pinocchio, cliquez ici.

Basta ! et l’Observatoire des Multinationales sont des sites d’informations qui ont besoin du soutien de leurs lecteurs pour poursuivre leur travail en toute indépendance.

Photo via Donovan Crow.

Rédigé le