Ressources et médias

Rester informé


Prix Pinocchio : "Perenco, la petite entreprise pétrolière accusée de faire de gros dégâts"

La multinationale franco-britannique Perenco est nominée aux Prix Pinocchio 2014 dans la catégorie "Mains sales, poches pleines", pour son opacité et ses projets pétroliers en République Démocratique du Congo.
Basta ! et l’Observatoire des Multinationales, partenaires média des Prix Pinocchio, publient aujourd’hui un article sur ce cas.

Perenco, la petite entreprise pétrolière accusée de faire de gros dégâts
21 octobre 2014, par Olivier Petitjean

Le grand public a peu d’occasions d’entendre parler de Perenco, une entreprise pétrolière franco-britannique qui cultive la discrétion, voire l’opacité. Dans les régions où Perenco opère, en revanche, les populations savent apparemment à quoi s’en tenir. L’entreprise collectionne en effet les controverses, qui lui valent cette année une nouvelle nomination aux Prix Pinocchio.

Guatemala, Équateur, Pérou, Colombie, Tunisie, RDC… partout où Perenco s’implante, les controverses ne tardent pas à suivre. Avec à chaque fois les mêmes accusations : pratiques peu précautionneuses entrainant pollutions et dégradations environnementales, manque de respect pour les communautés locales et répression des voix critiques, et absence totale de transparence financière.

Perenco, qui se présente encore volontiers comme une « junior » pétrolière de peu d’envergure, a énormément développé ses activités ces dernières années...

(...) lire la suite de cet article sur le site de l’Observatoire des Multinationales.

Cet article a été publié simultanément sur le site de Basta !.


Pour en savoir plus et voter pour Perenco sur le site des Prix Pinocchio, cliquez ici.

Pour envoyer un message à Perenco, pour lui demander de changer ses pratiques, rendez-vous sur la page de cyberaction des Prix Pinocchio.

En savoir +

Basta ! et l’Observatoire des Multinationales sont des sites d’informations qui ont besoin du soutien de leurs lecteurs pour poursuivre leur travail en toute indépendance.

Illustration : Theo

Rédigé le